Accueil > ACTU > Le prix du pétrole va maintenir dans le rouge le transport aérien

Le prix du pétrole va maintenir dans le rouge le transport aérien

lundi 27 septembre 2004.

Malgré un bond de 19 % du trafic aérien depuis le début de l’année, les transporteurs devraient enregistrer des pertes de 3 à 4 milliards de dollars US en 2004 en raison de la hausse importante des coûts reliés au carburant, estime l’Association du transport aérien international (IATA) dans son communiqué.

Le directeur général et chef de la direction de l’agence, Giovanni Bisignani, a affirmé lundi à Montréal que son organisation, qui regroupe 270 compagnies aériennes du monde, s’attendait à un bénéfice global de 3 milliards $ US pour l’industrie cette année, mais que la hausse soudaine des prix du pétrole l’a forcée à revoir ses calculs. Lorsque le baril de pétrole prend un dollar de plus, les coûts supplémentaires pour le secteur aérien sont de l’ordre d’un milliard de dollars US, rappelle-t-il.

Collectivement, les compagnies aériennes ont perdu 30 milliards $ US depuis 2001, en raison du terrorisme, des guerres et des épidémies et menaces à la santé humaine qui ont frappé certaines régions du monde.

Selon l’IATA, le trafic international de passagers au cours des huit premiers mois de 2004 a augmenté de 18,7 pour cent et le transport de marchandises de 14,2 pour cent.

« Malheureusement, les livres des compagnies aériennes ne sont pas aussi impressionnants », a dit M. Bisignani, précisant qu’il y a une surcapacité dans le secteur de l’aviation actuellement, qui est en partie responsable des piètres performances financières des transporteurs.

De plus, selon lui, les aéroports détenus par les gouvernements et les agences qui fournissent les services de navigation n’ont pas aidé l’industrie en ne participant pas à la réduction des coûts et en n’assumant pas une partie du fardeau des compagnies.

M. Bisignani a par ailleurs appelé les gouvernements à adopter des politiques plus libérales pour aider le secteur. « Cette industrie ne peut pas attendre plus longtemps les libertés fondamentales que les autres secteurs prennent pour acquises », a dit M. Bisignani au cours d’un point de presse précédant l’assemblée générale de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), qui a lieu cette semaine à Montréal. L’OACI est une agence des Nations unies dont le siège est à Montréal.

« Nous ne demandons pas des subventions, mais juste d’être capables de faire fonctionner nos affaires comme toute entreprise normale. »

Selon M. Bisignani, les transporteurs les plus rentables ont des marges de profit de 4 à 5 pour cent et les constructeurs aéronautiques de 10 à 12 pour cent, alors que les aéroports et les agences de services de navigation enregistrent des marges de profit de 20 à 30 pour cent.

Voir en ligne : Les affaires.com

aller en haut de page

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0