Accueil > ACTU > Sécurité : Aéroports ou... « passoires » ?

Sécurité : Aéroports ou... « passoires » ?

mardi 15 juin 2004.

Un passager est parvenu, pour les besoins d’un test de sécurité, à embarquer en 2003 à bord de dix vols intérieurs et deux vols internationaux à partir de France avec, dans ses bagages, des explosifs factices et des armes neutralisées, a révélé l’hebdomadaire français Marianne.

Dans son édition datée de lundi, le journal précise que le député Charles de Courson (UDF, droite), rapporteur de la commission des finances de l’Assemblée nationale sur le budget des transports, avait demandé que soit réalisé un « audit sur la sûreté dans les aéroports. »

Cette « mission d’évaluation de la politique de sûreté » avait été confiée par le gouvernement notamment à l’inspection générale de l’aviation civile.Du 12 juin au 10 septembre 2003, un homme a embarqué sur dix vols intérieurs et deux vols internationaux avec, dans ses bagages (à main et destinés à la soute), des explosifs factices, des couteaux, des revolvers et des pistolets désarmés.

Chaque fois, il a réussi à déjouer tous les systèmes de détection, à l’exception d’une où il a été intercepté à cause d’une paire de ciseaux et non pas pour les armes qu’il transportait, révèle le rapport.

« Mauvaise appréhension politique des menaces terroristes »

En octobre 2003, M. de Courson a remis son rapport confidentiel au ministère de l’Intérieur, selon Marianne et l’entourage de M. de Courson. Interrogé lundi, le ministère de l’Intérieur n’a pas commenté l’information. Selon l’entourage de M. de Courson, le député y a fait allusion dans son rapport sur le budget 2004 des Transports, très sévère à l’égard des systèmes de sûreté actuels.

Dans ce rapport, il écrit : « la preuve a été apportée - à de trop nombreuses reprises - que l’on pouvait contourner le système de sécurisation aéroportuaire. La réalité des choses, aussi inquiétante et regrettable soit-elle, demeure que l’on ne garantit pas l’étanchéité absolue des dispositifs de sécurisation des plates-formes. Loin de là, même ».

« La faille du dispositif de sûreté français repose sur une accumulation de handicaps », a écrit le député. Au nombre de ces handicaps, figurent « la mauvaise appréhension politique des menaces terroristes », « l’incompétence des agents de sûreté » du fait d’une « formation insuffisante, voire mauvaise » et « des mesures incohérentes et inadaptées prises dans la précipitation ».

Voir en ligne : tourmag.com

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0