Accueil > ACTU > Parution d’un arrêté visant à limiter le nombre de vols à Roissy

Parution d’un arrêté visant à limiter le nombre de vols à Roissy

samedi 5 juin 2004.

Un arrêté du ministère de l’Equipement et des Transports visant à limiter le nombre de vols sur l’aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle, dont une partie du terminal 2E s’est effondré le 23 mai, est paru samedi au journal Officiel.

Cet arrêté officialise le gel de l’attribution de nouveaux créneaux de décollage et d’atterissage sur l’aéroport de Roissy annoncé mercredi par les pouvoirs publics à la suite de l’accident du terminal 2E, qui donne un coup d’arrêt temporaire à la croissance du trafic sur la plate-forme.

« Vu la nécessité d’adopter des mesures conservatoires du fait de la situation exceptionnelle créée par l’effondrement d’une partie du terminal 2E de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle le 23 mai 2004 (...), il n’est plus attribué de créneaux horaires supplémentaires sur l’aéroport », hormis dans certains cas précis et limités, indique le texte de l’arrêté.

« Ces mesures conservatoires visent à faire en sorte qu’il n’y ait pas plus de vols à Roissy pendant la durée la gêne » consécutive à l’accident du terminal 2E, a expliqué à l’AFP une porte-parole du ministère des Transports.

« Nous sommes déjà saturés à Roissy, donc il faut plafonner » l’attribution de nouveaux créneaux (« slots »), avait expliqué mercredi à l’AFP un porte-parole de la DGAC   (Direction générale de l’aviation civile).

L’arrêté précise également des plafonds horaires encadrant le nombre de mouvements autorisés à Charles de Gaulle, à quelques jours de la conférence internationale de coordination des horaires des compagnies aériennes prévue le 12 juin à Toronto (Canada).

Ces plafonds sont compris entre 84 et 103 décollages ou atterrissages par heure, très légèrement en deçà du maximum actuel des mouvements autorisés (104), indique l’arrêté, publié après avis du comité de coordination des aéroports parisiens, qui s’est réuni mardi.
Le texte précise également que « les créneaux horaires des transporteurs aériens transférés de Paris-Charles de Gaulle à celui de Paris-Orly ne peuvent être attribués à nouveau », sauf dans certains cas précis.

Les dispositions de cet arrêté fixent « les conditions par lesquelles les transporteurs transférés » d’un aéroport à l’autre « conservent le bénéfice des dispositions du règlement pour les créneaux horaires qu’ils détenaient sur l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle », précise le texte.

Pour affronter la saison estivale traditionnellement plus chargée, les autorités en charge de l’aviation civile, à la demande d’ADP, envisagent en effet le transfert d’une partie des vols traités à Roissy vers Orly en utilisant les créneaux réservés par l’Etat au titre de l’aménagement du territoire, notamment les gros porteurs et compagnies long courrier.

Mais cette option a été balayée mercredi par le ministre des Transports Gilles de Robien, qui a indiqué qu’il n’accepterait aucun transfert de Roissy à Orly de vols utilisant des avions gros porteurs.

Voir en ligne : AFP

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0