Accueil > ACTU > KLM - Les primes aux dirigeants provoquent la colère des syndicats

KLM - Les primes aux dirigeants provoquent la colère des syndicats

jeudi 15 avril 2004.

Les syndicats de la compagnie aérienne néerlandaise KLM KONINK.LUCHTVAART MAATSCHAPPIJ ont menacé de rompre leurs négociations salariales en raison d’un désaccord sur les fortes primes prévues pour les dirigeants de l’entreprise après sa fusion avec Air France AIR FRANCE , déclarait-on mercredi de source syndicale.

Les délégués de tous les syndicats représentés à KLM doivent se réunir lundi pour prendre une décision à ce sujet.

La semaine dernière, ils avaient exprimé à la direction la colère que leur inspirait l’octroi aux dirigeants de primes allant jusqu’à 50% du salaire annuel au cours des années suivant la fusion.

« Nous espérons que la direction reconsidérera ces primes, qui s’ajoutent à des salaires déjà élevées, des stock-options et des revenus divers. Sinon, nous cesserions nos entretiens de négociation collective et ne signerions une convention collective que jusqu’à la fin de cette année », a déclaré à Reuters Matthijs Wilmink, membre du syndicat du personnel de cabine VNC.

Les syndicats espèrent que la direction rendra sa position plus claire avant ou pendant l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires prévue lundi.

Un porte-parole de KLM a déclaré que la question des primes aux dirigeants pourrait être abordée lors de l’assemblée, mais s’est refusé à tout autre commentaire.

LE SPECTRE DES COMPRESSIONS DE PERSONNEL

Les syndicats craignent que les primes ne soient proportionnelles aux économies de coûts envisagées dans le groupe issu de la fusion, ce qui risquerait de pousser la direction à aller au-delà des 4.500 suppressions d’emplois déjà annoncées chez KLM. 

Pour obtenir l’assentiment des syndicats à la prise de contre par Air France, KLM a garanti qu’aucune compression de personnel n’aurait lieu au cours des cinq années à venir.

D’après une note d’information publiée début avril par les deux compagnies aériennes, le président du directoire de KLM Leo van Wijk et trois autres membres du directoire recevront des primes équivalant à 20% de leur salaire au cours de l’année suivant la fusion, 30% l’année suivante et 50% la troisième.

Le document précise que l’octroi de ces primes dépend de la réalisation des objectifs de réduction des coûts fixés par les deux entreprises. Celles-ci espèrent économiser en cinq ans 385 à 495 millions d’euros au niveau de l’exploitation.

La fusion, qui doit être bouclée début mai, donnera naissance à la première compagnie aérienne mondiale par le chiffre d’affaires, avec une capitalisation boursière de 4,1 milliards d’euros.

Le montant parfois très élevé des rémunérations et indemnisations consenties aux dirigeants lors des fusions d’entreprise préoccupe de plus en plus investisseurs et employés depuis quelques années.

Les actions Air France et KLM ont terminé la séance de mercredi sur une baisse respective de 2,13 et 2,24%.

Voir en ligne : Reuters

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0