Accueil > ACTU > Feu vert européen sous conditions à l’alliance Air France/Alitalia

Feu vert européen sous conditions à l’alliance Air France/Alitalia

mercredi 7 avril 2004.

La Commission européenne a annoncé mercredi son feu vert à l’alliance entre les compagnies aériennes Air France et , après l’acceptation par celles-ci d’un certain nombre de conditions pour résoudre les problèmes de concurrence soulevés par Bruxelles.

Air France et Alitalia ont accepté de « restituer un nombre suffisant de créneaux de décollage et d’atterrissage aux aéroports pour sauvegarder la concurrence entre la France et l’Italie », a expliqué la Commission dans un communiqué.

Les deux transporteurs devront restituer jusqu’à 42 (bien jusqu’à 42) paires de créneaux par jour, soit 84 créneaux individuels de décollage ou d’atterrissage, a précisé Bruxelles.

Sur les seuls aéroports parisiens d’Orly et de Roissy-Charles de Gaulle, ils ont accepté de restituer jusqu’à 19 paires (bien jusqu’à 19), a ajouté la Commission.

« Cette décision crée les conditions permettant d’offrir jusqu’à 21 vols aller-retour par jour sur les liaisons » où des problèmes de concurrence avaient été détectés par l’exécutif européen.

Les liaisons concernées sont Paris-Milan, Paris-Rome, Paris-Venise, Paris-Florence, Paris-Bologne, Paris-Naples et Milan-Lyon.

En pratique, « le nombre de créneaux horaires que les parties devront restituer sera inférieur » à 84, car un « certain nombre » de concurrents ont déjà fait, ces derniers mois, leur apparition sur les lignes Paris-Milan, Paris-Rome, Paris-Naples et Paris-Venise, a précisé la Commission.

La compagnie italienne Volare exploite ainsi trois aller-retour quotidiens entre Paris et Milan-Malpensa, trois entre Paris et Rome et deux autres entre Paris et Venise.

La britannique Easyjet exploite quant à elle un vol aller-retour entre Paris et Milan-Linate, tandis que le transporteur régional italien Meridiana assure deux vols aller-retour entre Paris et Naples.

Les créneaux mis à diposition doivent permettre aux concurrents actuels d’augmenter leur offre ou aux éventuels nouveaux entrants sur le marché de démarrer un service.

Si l’un des concurrents actuels sur ces lignes sortait du marché, Air France et Alitalia devraient cependant mettre leurs propres créneaux horaires à disposition - toujours dans la limite des 84 créneaux - « afin de restaurer le niveau de concurrence recherché par cette décision », a expliqué Bruxelles.

Pour obtenir le feu vert des services du commissaire européen à la Concurrence Mario Monti à leur alliance, les deux compagnies ont aussi accepté de ne pas accroître leur offre de vols sur les liaisons en cause, afin de « donner aux concurrents une chance raisonnable de rivaliser » avec elles.

Le feu vert de la Commission à cette alliance a été donné pour une période de six ans à compter du 12 novembre 2001, date à laquelle Air France et Alitalia avaient officiellement présenté leur alliance à Bruxelles.

Voir en ligne : AFP

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0