Accueil > ACTU > Reprise d’Aéroplus-L-Air : prison requise contre les repreneurs

Reprise d’Aéroplus-L-Air : prison requise contre les repreneurs

vendredi 2 avril 2004.

Des peines de prison ont été requises vendredi en correctionnelle contre deux repreneurs de l’ancienne compagnie aérienne Aérolyon, devenue Aéroplus-L-Air, jugés pour avoir fourni deux fausses attestations bancaires ayant permis en avril 2002 la reprise de la compagnie.

Le tribunal correctionnel de Lyon a mis son jugement en délibéré au 16 avril.
Dénonçant l’« absence de scrupules » de l’ex-PDG, Jean-Marie Gras, 40 ans, considéré comme « le principal bénéficiaire » de la manœuvre, le procureur de la République a réclamé à son encontre deux ans de prison, dont un avec sursis, et 10.000 euro d’amende.

A l’encontre du second repreneur, Philippe Hababou, alias Philippe Solomon, 48 ans, un homme « aux lourds antécédents judiciaires » et « dont les motivations sont purement spéculatives », il a requis trois ans de prison ferme et 15.000 euro d’amende.

Le procureur a évoqué la détresse des 254 salariés d’Aéroplus, aujourd’hui disparue, qui « se sont vus jeter sur le pavé parce qu’un homme d’affaires de piètre envergure avait souhaité se lancer dans le transport aérien et qu’un escroc international en avait profité ».

Les deux hommes pensaient apparemment pouvoir réunir l’argent mais se trouvaient pressés par le temps. Tous deux sont poursuivis pour « faux, usage de faux et escroquerie » pour avoir transmis au tribunal de commerce de Lyon deux faux documents bancaires attestant d’un dépôt de fonds de 8,2 millions d’euro auprès de la GE Capital Bank.

Ces attestations avaient permis au tribunal d’homologuer le plan de reprise de la compagnie, ex-filiale de Nouvelles Frontières, au profit d’Aéroplus. Cette dernière, basée à Cannes, était détenue à 49% par la société Aéroparticipation, dirigée par M. Gras et à 49% par le groupe canadien Watley Universal.

« Plutôt que de dire « je n’ai pas les fonds, j’abandonne », M. Gras a choisi la fuite en avant », expliquait le procureur.

Lors de l’audience, les deux hommes se sont rejetés la responsabilité de ce « montage ». Philippe Hababou a déclaré que Jean-Marie Gras avait eu « l’idée des fausses attestations » et ce dernier a assuré n’avoir jamais soupçonné qu’il s’agissait de faux.

Aerolyon – Aeroplus – L Air et la Justice (RadioCockpit)
AeroLyon – Aeroplus – L Air : cela sent la prison…(RadioCockpit)

Voir en ligne : Tourismexpress.info

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0