Accueil > ACTU > L’avenir de Swiss de plus en plus incertain après la démission de son (...)

L’avenir de Swiss de plus en plus incertain après la démission de son patron

jeudi 11 mars 2004.

L’avenir de Swiss, qui fêtera dans quelques jours son deuxième anniversaire, paraît de plus en plus incertain, après la démission mercredi soir de son patron André Dosé, sous la pression du conseil d’administration de la compagnie aérienne helvétique.
Cette démission, pour cause de probable inculpation dans un accident d’avion survenu il y a 18 mois, « est incontestablement un mauvais coup » pour la compagnie issue de la défunte Swissair, a estimé l’analyste Matthias Egger de la banque Pictet.

Ce dernier soupçonne le conseil d’administration d’avoir poussé André Dosé à la démission, sans avoir préparé de solution de rechange.

André Dosé, 46 ans, a été remplacé à titre temporaire par le Néerlandais Pieter Bouw, 67 ans, président du conseil d’administration et déjà très contesté pour le manque de résultats de la compagnie.

Les journaux suisses, qui suivent le feuilleton Swiss presque jour après jour depuis le lancement de la compagnie en avril 2002, sont aussi éminement critiques sur ce départ. La presse se demande à mots couverts si l’enquête sur l’accident aérien n’est pas qu’un prétexte pour se débarrasser d’un patron en mal de crédibilité.

Alors que la compagnie est « toujours en chute libre », écrit l’influent journal Tages Anzeiger, on peut se demander pourquoi André Dosé n’a pas attendu la notification de son inculpation pour partir.

Du côté des autorités, on se veut cependant rassurant sur l’avenir de la compagnie, qui a bénéficié de milliards de subventions publiques pour décoller le 1er avril 2002.

Ainsi, le ministre des Finances suisse Hans-Rudolf Merz a souligné mercredi soir que le départ de M. Dosé avait pour mérite « d’ouvrir la possibilité d’une atmosphère plus légère ». « Je crois que l’environnement est maintenant plus libre, (...) c’était une bonne décision », a-t-il déclaré.

Durant les deux années où il a dirigé Swiss, M. Dosé s’est plusieurs fois heurté aux autorités suisses, auxquelles il demandait plus de soutien financier.

Depuis plusieurs mois, il essayait de boucler un crédit de 500 millions FS (322 M EUR), destiné à assurer les besoins de liquidités de la compagnie. Avec cette démission, indiquent les milieux financiers suisses, les négociations pour décrocher ce crédit ne « sont sûrement pas facilitées ».

Aucun nom n’était avancé jeudi pour prendre la succession de M. Dosé, un job qui ne devrait pas attirer de nombreuses candidatures, selon l’analyste Matthias Egger, car « qui voudrait diriger aujourd’hui une compagnie à l’avenir aussi précaire ? ».

En 2003, Swiss a encore essuyé une perte de 687 millions FS (420 M EUR), après avoir perdu presque 1 milliard FS en 2002.

La compagnie a adopté au printemps 2003 un plan de restructuration drastique, avec une réduction d’un tiers de sa flotte et ses effectifs.

M. Dosé a démissionné suite à un rapport d’enquête publié en février sur le crash en bovembre 2001 d’un Jumbolino Crossair, assurant la liaison Berlin-Zurich, qui avait fait 24 morts.

Le rapport a révélé des dysfonctionnements accablants pour Crossair, accusé de négligence, alors que M. Dosé était responsable de la compagnie à l’époque des faits.

Voir en ligne : AFP

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0