Accueil > ACTU > Des syndicats Insee alimentent la polémique sur l’indice Insee

Des syndicats Insee alimentent la polémique sur l’indice Insee

mercredi 10 mars 2004.

Les syndicats CGT  , CFDT  , SUD, FO et UGA-CGC jugent que l’indice du pouvoir d’achat de l’Insee est « en décalage croissant avec l’inflation perçue par les citoyens ».

La campagne publicitaire Leclerc

Après la polémique entre gouvernement et centres Leclerc sur le pouvoir d’achat, cinq syndicats de l’Insee ont indiqué mardi 9 mars qu’ils jugeaient l’indice Insee inadequat.

Les syndicats CGT  , CFDT  , SUD, FO et UGA-CGC ont estimé dans un communiqué que l’indice Insee est « en décalage croissant avec l’inflation des prix perçue par les citoyens » et « ne semble pas être l’outil adéquat pour revaloriser le Smic, les pensions ou les retraites ».
« Un instrument quantitatif doit juger de l’évolution du coût de la vie pour mieux porter les revendications salariales », ont ajouté les syndicats, estimant toutefois que l’Insee doit « continuer à produire et diffuser » son indice des prix actuel afin de « maintenir une comparabilité » entre pays.

« Hors de la pression politique »

L’Insee, ont ajouté les syndicats, « doit engager, en toute transparence, un vrai débat en son sein et avec des experts extérieurs », en s’appuyant notamment sur le Conseil national d’information statistique (Cnis) qui réunit associations, syndicats, représentants de l’Etat et collectivités territoriales.

Les syndicats ont en outre souhaité un « débat technique et politique exigeant » sur la mesure de l’évolution des prix, qui intervienne « hors de la pression politique », afin que la méthode qui sera proposée « soit largement étudiée et débattue » avec tous les acteurs qualifiés.
L’Insee (6.500 salariés) « a les moyens humains, les compétences techniques pour construire un tel indicateur », ont-ils conclu, s’estimant « fondés à exiger la clarté d’un débat pour contrecarrer les doutes du public sur l’honnêteté des pratiques et la déontologie de l’Insee ».

Les Centres E. Leclerc avaient lancé début février une campagne de communication qui dénonçait une baisse masquée, selon eux, du pouvoir d’achat réel des Français, et plaidait pour une réforme de la loi Galland sur la revente à perte.

Voir en ligne : Le Nouvel Obs

aller en haut de page

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0