Accueil > ACTU > Pilotes : reconnaissance mutuelle des licences entre les USA et l’Union (...)

Pilotes : reconnaissance mutuelle des licences entre les USA et l’Union Européenne

jeudi 4 mars 2004.

La fin d’une époque... la nôtre ! comme le titre que Radiocokpit a donné à son information :

Cela deviendrait presque une habitude : nous avons de bien mauvaises nouvelles à vous communiquer. Point de catastrophisme dans le propos, ni d’alarmisme dans les idées, juste quelques faits qui méritent une réflexion urgente de la part de l’ensemble des professionnels que nous sommes.
Cette fois, il ne sera pas question de millions disparus sur quelque compte exotique, ni même question d’une campagne électorale de quelque mégalomane dérisoire.

Il s’agit tout simplement de l’avenir de la profession : nous apprenons que la JAA européenne est en pourparlers avancés avec (entre autres) la FAA américaine pour une reconnaissance mutuelle des licences.

C’est en fouinant du côté du site américain http://forfaiture.freeservers.com que nous avons découvert la chose. Si vous faites un copier coller dans votre navigateur favori, vous vous rendrez compte du danger par vous-même.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit juste de dire qu’un pilote avec une licence américaine (ou autre) pourra obtenir une licence européenne.

De prime abord, rien d’obligatoire : seuls les pays JAA volontaires pourront reconnaître les licences non JAA par un processus d’une simplicité édifiante.

Bien entendu, ce rapprochement est « motivé » : il s’agit d’une « demande pressante de l’industrie ». Comprenez que l’industrie a peur de manquer de pilotes, et de formations, au point de créer une licence qui permettrait d’employer n’importe qui, n’importe quand.

Voilà pour la théorie. Du côté pratique, c’est un peu différent :

  • Acte 1 : seuls quelques pays vont effectivement reconnaître les licences FAA (et autres), pour les « convertir » à la sauce JAA.
  • Acte 2 : tous les PNT   des pays de l’Europe étendue (comme par hasard celle qui existera dès le mois de mai prochain) vont pouvoir convertir leur licence en quelques jours, sans passer par les TRTO (centres de formation aéronautique homologués).
  • Acte 3 : initialement, on peut s’attendre à ce que ce soient les compagnies low cost qui fassent le plein de PNT   moins chers et plus rentables, à tous points de vue…
  • Acte 4 : après les low costs, les majors seront obligées de s’aligner.

Selon ce scénario, il faudrait moins de deux ans pour anéantir tous les efforts collectifs pour un maintien d’un niveau qualitatif et économique conforme à nos attentes.

Que fait donc la DGAC   dans cette galère ? Et pourquoi le SNPL   qui était partie prenante dans ces discussions depuis 2001 (au titre de l’ECA), a pris grand soin de ne jamais communiquer sur le sujet ?

Ces questions, et bien d’autres, se poseront avec acuité dans les mois à venir. En attendant, ne perdez surtout pas le contexte géopolitique de vue, il pourrait bien conditionner votre avenir économique.

Voir en ligne : Radiocokpit.com

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0