Accueil > ACTU > Air Littoral : Communiqué de presse d’Antoine GAUDINO à l’AFP

Air Littoral : Communiqué de presse d’Antoine GAUDINO à l’AFP

lundi 1er mars 2004.

Ces dernières semaines, les médias ont repris les éléments d’un rapport établi par le CABINET GAUDINO le 30 août 2001.

Ce rapport commandé à l’origine par le comité d’entreprise d’AIR LITTORAL mettait en évidence certaines opérations de ses dirigeants jusqu’en 2000.

A la demande de l’ADPAL (Association de Défense des Personnels D’Air Littoral)je me mets en devoir de traduire pour la bonne compréhension du public, les éléments que soulève ledit rapport.

L’affaire AIR LITTORAL semble, avec un total de plus d’un millier de chômeurs, s’inscrire toute proportion gardée, parmi les grands scandales financiers qui ont récemment défrayé la chronique politico-judiciaire.

Elle a en tout état de cause bénéficié à un trio de dirigeants et ce sur le dos des salariés.

Ainsi ces derniers ont accepté les plus grands sacrifices sur leurs conditions de rémunération et de travail en étant convaincus que l’arrivée en 1994 de l’investisseur AFP allait, par des apports de fonds, permettre le redressement de leur entreprise.

Or, ce prétendu investisseur, n’était en fait qu’une société écran appartenant en réalité au même trio de dirigeants d’AIR LITTORAL à savoir Messieurs DUFOUR, FULLA et VIGNES.

Les salariés ont de la sorte ignoré qu’en 1994, la session de 49,90% des titres d’AIR LITTORAL avait été faite au profit de ces dirigeants pour une somme de 124.000 F.

Ils vont également ignorer que deux ans plus tard, en 1996, ces mêmes dirigeants recéderont ces mêmes titres pour la somme de 93.995.000 F, soit de l’ordre de 14,5 millions d’euros...

Les salariés ont de toute évidence été maintenus dans l’ignorance de cette opération juteuse.

Informés, ils auraient pu eux mêmes se porter acquéreur de la moitié du capital social de leur entreprise, ce qui aurait été une contre partie légitime de leur efforts avec l’espoir de participer directement à son redressement.

La manière dont l’affaire AIR LITTORAL a été orchestrée, révèle des faits de nature à tout le moins à justifier l’ouverture d’une enquête judiciaire qui permettra de déterminer s’il s’agit d’une seule atteinte à la morale ou d’une violation des règles de droit.

Il reste à souhaiter que si une enquête judiciaire il doit y avoir, celle-ci sera normalement diligentée et que le parquet local n’opposera pas un refus d’informer comme il l’a fait dans l’affaire MONTLAUR jusqu’à devoir y être contraint par la Cour Suprême.

Enfin, en sa nouvelle qualité d’homme convoitant un mandat politique, il serait judicieux que M. DUFOUR fasse connaître publiquement l’état de son patrimoine avant et après l’affaire AIR LITTORAL.

Antoine GAUDINO

Voir en ligne : ADPAL

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0