Accueil > ACTU > Associations, syndicats, artistes lancent un « avis de K.O. Social (...)

Associations, syndicats, artistes lancent un « avis de K.O. Social »

lundi 1er mars 2004.

Une quarantaine d’associations, syndicats et collectifs, ainsi que des artistes de la nouvelles chanson française, appellent à un rassemblement lundi place de la République à Paris pour lancer un « avis de K.O. social ».

Dans un appel commun, ils invitent la population à « venir s’informer, échanger et protester contre les politiques de plus en plus répressives, portant atteinte aux droits fondamentaux et revendiquer ensemble le droit inaliénable à une autre réalité ».

« K.O. social » veut exprimer « la mise à mal de toutes les solidarités dans tous les secteurs : l’éducation, la recherche, la santé, la culture, l’agriculture, les droits des étrangers et des chômeurs », a expliqué Grégoire Simon, co-fondateur du groupe des Têtes Raides, à l’initiative de ce rendez-vous.

Les associations AC ! (chômeurs), DAL (logement), Gisti (droits des étrangers), Ligue des droits de l’Homme, Greenpeace, Act Up, Sauvons la Recherche, Coordination des intermittents, les syndicats Sud Education, Syndicat de la magistrature, Amuhf (urgentistes hospitaliers), la Confédération paysanne, entre autres, ont saisi cette opportunité pour travailler ensemble.

« Alors que nous sommes une multitude d’associations très différentes, on se retrouve ensemble pour remettre en avant la notion de solidarité dans la société », explique Marc Fromentin (Gisti).

« Nous dressons le même constat : un recul de pans entiers de droits avec ce gouvernement, du jamais vu depuis la Seconde guerre mondiale », estime-t-il.

Ces organisations dénoncent pêle-mêle le nouveau statut des intermittents du spectacle, la réforme de l’hôpital public et de l’Aide médicale d’Etat (AME), les lois Sarkozy et Perben et le projet de réacteur nucléaire de 3e génération (EPR).

« Après le constat, il faut privilégier l’action. Le +K.O. social+ est le moyen d’entamer quelque chose de concret qui ressemblerait à un troisième tour de l’élection présidentielle de 2002 », a fait valoir Grégoire Simon.

La mobilisation, lundi, débutera par une « déambulation festive » qui partira de la place de la République à 16H30 pour rejoindre le Zénith de Paris (XIXe arrondissement).

Cette manifestation se veut « no logo », « c’est-à-dire sans banderole distinctive et privilégiant les mots d’ordre unitaires », selon les organisateurs.

Pour Lucile Cocito, de la Coordination des intermittents et précaires d’Ile-de-France, « il s’agit de donner la force aux gens de se dire que l’on se bat pour la même chose ».

La manifestation sera suivie d’un concert, avec de nombreuses têtes d’affiche, venues à titre bénévole : Bénabar, M, Têtes Raides, Yann Tiersen, Rachid Taha, Dominique A, Fabulous trobadors, Gojira, Java, Kent, La rumeur, Le peuple de l¹herbe, Oai star, Rodolphe Burger... Les éventuels bénéfices de la soirée seront répartis à parts égales entre les associations.

A l’instar d’autres groupes, le chanteur Loïc Lantoine, qui a participé à des concerts de soutien antérieurs, estime qu’il faut « agréger les bonnes volontés en cette période d’humiliation ». Pour la Oai Star, née dans le sillage de Massilia sound system et oeuvrant dans les quartiers à Marseille, « KO social » rime avec « chaos social, cette peur qui amène à se barricader au lieu d’aller vers son voisin ».

Des prises de paroles alterneront avec les prestations des artistes, autour de plusieurs thèmes : « la liberté de circulation », « la liberté d’expression » ou encore « le droit au travail, à l’emploi et à un revenu décent ».

Voir en ligne : AFP

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0