Accueil > ACTU > Dépôt de bilan d’Avia Partner à l’aéroport de Bordeaux

Dépôt de bilan d’Avia Partner à l’aéroport de Bordeaux

mercredi 18 février 2004.

L’horizon social se couvre à l’aéroport : la société Aviapartner Bordeaux, spécialisée dans l’assistance aéroportuaire (enregistrement, embarquement, personnel de piste, etc.), a annoncé hier son dépôt de bilan. Soixante-seize emplois se trouvent menacés par la défaillance de cette entreprise dont l’effectif a déjà fondu de moitié ces dernières années.
Aviapartner Bordeaux et sa maison mère Aviapartner France sont des filiales du groupe belge éponyme, qui emploie environ 4 000 salariés en Europe. La société est arrivée à Mérignac en 1997, lorsqu’une directive européenne [1] a contraint la CCI bordelaise, comme les autres gestionnaires de grands aéroports, à ne plus exercer en direct les activités d’assistance aéroportuaire. Le personnel de la Chambre assurait jusque-là ces missions pour la majorité des compagnies aériennes présentes à Mérignac, Air France excepté. Aviapartner avait alors repris les salariés concernés, ainsi que ceux de la société de nettoyage Onet.

Si l’on excepte les exercices 1999 et 2000, Aviapartner Bordeaux n’a cessé depuis lors de perdre de l’argent. Selon Michel Ragot, directeur général d’Aviapartner France, les déficits additionnés de la filiale girondine ont atteint 6 millions d’euros pour un chiffre d’affaires cumulé de 33 millions. Il faut dire qu’au fil des années, le marché de l’entreprise belgo-bordelaise s’est rétréci comme peau de chagrin. Aviapartner a dû faire face à la disparition de Sabena, de Swissair et d’Air liberté, qui avait été son plus gros client local. De plus, l’entreprise, qui avait été pendant quatre ans le seul intervenant de l’aéroport en dehors d’Air France, doit affronter une rude concurrence depuis 2001. L’aéroport a en effet autorisé l’ouverture totale du marché, ce qui s’est traduit par l’implantation de nouveaux arrivants comme Air Assistance, puis la SAT. Aviapartner a donc successivement perdu des marchés comme DHL ou Europe Air Poste. Son chiffre d’affaires a d’ores et déjà chuté des deux tiers. Il va encore être amputé par la fin du contrat avec la Lufthansa, qui, à partir du 1er avril, confiera son assistance à la société SAT.

Flexibilité. Cette dégringolade se déroule dans un climat social très tendu. Plusieurs mouvements de grève, menés à l’initiative de la CFDT  , et d’une CGT   aujourd’hui très majoritaire, ont permis aux salariés mérignacais d’obtenir des avantages. Mais, dans ce métier où les dépenses de personel représentent l’essentiel des coûts, les rémunérations restent relativement modestes. Le salaire mensuel brut moyen du personnel mérignacais s’élève ainsi à 1 664 euros.

Devant l’alourdissement des pertes, la maison mère d’Aviapartner Bordeaux a décidé d’opter pour la cessation de paiement plutôt que de recapitaliser massivement sa filiale. Michel Ragot affirme pencher pour une solution de redressement judiciaire et de continuation. Mais il paraît a priori peu vraisemblable que la totalité des emplois puisse être sauvée. Et le directeur général d’Aviapartner France ne cache guère que la survie de la filiale bordelaise, sous une forme ou sous une autre, passera par une plus grande « flexibilité » des salariés [2] « Il est clair qu’ils vont tenter de faire exploser l’accord d’entreprise », prédit Nicolas Hilaire, délégué syndical CGT  . En tout état de cause, une chose paraît aujourd’hui sûre : si la libéralisation de l’assistance aéroportuaire a peut-être permis de diminuer les frais d’escale, elle n’a guère joué à Mérignac du moins en faveur de la sécurité de l’emploi.

Voir en ligne : SUD Ouest

Notes

[1Cette directive concerne aujourd’hui les aéroports accueillant plus de 2 millions de passagers.

[2Dans un métier où le recours au temps partiel subi est fréquent, la plupart des salariés d’Aviapartner Bordeaux travaillent 35 heures par semaine.

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0