Accueil > ACTU > Les industriels high-tech américains plaident pour les délocalisations

Les industriels high-tech américains plaident pour les délocalisations

vendredi 13 février 2004.

Huit grands groupes high-tech font pression pour que le Congrès et l’administration Bush ne limitent pas les délocalisations d’emplois qualifiés dans les pays à bas coût de main-d’œuvre.

Huit patrons de grandes entreprises high-tech américaines (Intel, Dell, IBM, Hewlett-Packard, Motorola, Unisys, NCR et EMC) mettent en garde leur gouvernement contre toute mesure qui tendrait à restreindre leur liberté de délocaliser. Au nom du maintien de leur compétitivité, ces lobbyistes de premier ordre, soutenus par la quasi-totalité de l’industrie high-tech, sont réunis au sein d’un groupement baptisé Computer Systems Policy Project (CSPP)...

3,3 millions d’emplois pourraient être délocalisés d’ici 2015

Cette position est toutefois difficile à admettre par les ingénieurs américains, qui ont vu disparaître quelque 540 000 emplois high-tech l’an passé, auxquels devraient s’ajouter cette année 234 000 suppressions de postes supplémentaires, selon l’AeA, l’association américaine de l’électronique. Les délocalisations ont, en effet, pris une ampleur telle aux Etats-Unis qu’elles sont devenues très impopulaires.

Tout comme en Europe, les entreprises qui prévoient d’y recourir refusent de plus en plus fréquemment de dévoiler publiquement leurs effectifs et leurs projets précis en la matière. Nous ne sommes pourtant apparemment qu’au début d’un long processus : d’ici 2015, ce sont en effet 3,3 millions d’emplois qui pourraient être délocalisés, dont une majorité seront des postes d’ingénieurs et de scientifiques de haut niveau.

Voir en ligne : 01net.com

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0