Accueil > ACTU > RYANAIR : les aides de la région Wallone jugées discriminatoires par (...)

RYANAIR : les aides de la région Wallone jugées discriminatoires par l’Europe

mardi 3 février 2004.

La commission européenne a demandé mardi à Ryanair de rembourser environ quatre millions d’euros versés par les autorités wallones, soit moins d’un tiers des subventions reçues par la compagnie aérienne irlandaise à bas coût pour utiliser l’aéroport belge de Charleroi, au sud de Bruxelles, ces dernières années.

Ryanair avait fait de Charleroi à environ 60km au sud de Bruxelles un « hub » du transport aérien en 2001. En demandant à la compagnie irlandaise de reverser moins de la moitié des aides empochées ces dernières années, la commission européenne envoie un signe d’encouragement aux compagnies à bas coût et aux petits aéroports européens qui craignaient que l’affaire Ryanair ne sonnent leur arrêt de mort.

En interdisant certaines subventions, assimilées à des aides d’Etat, et en autorisant d’autres aides permettant le développement de nouvelles lignes, l’exécutif européen a dit prendre une « décision juridique équilibrée », qui promeut l’activité des compagnies à bas coût et le développement régional.

Le directeur exécutif de Ryanair, Michael O’Leary, a annoncé son intention de faire appel de la décision de Bruxelles. « La commission européenne ne devrait pas interférer dans l’opération d’un marché libre ».

Il a jugé que le « seul bénéficiaire » de la décision européenne était le principal aéroport de Bruxelles à Zaventem dans la banlieue bruxelloise, qui avait porté plainte contre Ryanair. Michael O’Leary a dit s’attendre à devoir réduire les vols depuis Charleroi.
Ryanair devrait devoir rembourser environ quatre millions d’euros sur les 15 qu’elle a reçu du gouvernement de Wallonie (la partie francophone dans le sud de la Belgique) qui détient l’aéroport de Charleroi à 95%, selon des responsables européens qui estiment que Ryanair devra relever le prix de ses billet de 6 à 8 euros. Pour Michael O’Leary, la hausse sera le double.

Les avantages octroyés à Ryanair par BSCA (Brussels South Charleroi Airport), gestionnaire de l’aéroport de Charleroi, et la Région wallonne prenaient notamment la forme de rabais sur les charges aéroportuaires, d’injections de fonds pour le lancement de nouvelles liaisons aériennes (marketing et publicité), l’embauche de personnel, l’aménagement de bureaux.

Ces avantages financiers étaient prévus dans un contrat de 15 ans signé avec l’aéroport de Charleroi, une durée que la commissaire européenne aux Transports Loyola de Palacio a jugé excessive. Elle a estimé que le contrat devait être ramené à cinq ans et rendu public.
La commission européenne a considéré que certaines aides octroyées à Ryanair pouvaient être compatibles avec le marché commun sur la base de politique des transports, dans la mesure où elles permettaient de développer et d’assurer « une meilleure exploitation des infrastructures aéroportuaires secondaires qui sont actuellement sous-utilisées et qui représentent un coût pour la collectivité ».

Elle a ainsi estimé que la compagnie pouvaient conserver en partie les aides visant au lancement de nouvelles lignes et les incitations one-shots « à condition que les autorités belges se conforment aux conditions posées par la commission ».

En revanche, la commission a estimé que d’autres aides ne pouvaient être octroyées, notammment les rabais sur les charges aéroportuaires qui iraient au delà des rabais officiels déjà prévus dans la législation belge.

La commission a dit qu’elle entendait « veiller à ce que les avantages octroyés sur un aéroport ne soient pas discriminatoires et soient beaucoup plus transparents ».

Communiqué officiel de la Commission européenne

Ryanair : qu’en pensent les Belges ?

lire la presse belge

Voir en ligne : Le Nouvel Obs

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0