Accueil > ACTU > Ryanair va devoir rembourser plusieurs millions d’euros d’aides (...)

Ryanair va devoir rembourser plusieurs millions d’euros d’aides d’Etat

mardi 27 janvier 2004.

La compagnie aérienne à bas prix irlandaise Ryanair a indiqué mardi s’attendre à se voir réclamer par la Commission européenne le remboursement de « millions d’euros » d’aides touchées pour son installation à l’aéroport de Charleroi (sud de la Belgique).

« Il y a des parties de l’arrangement (avec l’aéroport de Charleroi) qui vont devoir être remboursées », a déclaré à Bruxelles Jim Callaghan, directeur des affaires réglementaires de Ryanair.« Cela va se chiffrer en millions d’euros », a-t-il ajouté, lors d’une rencontre avec des journalistes, à la suite de contacts avec la Commission. Selon des sources concordantes, le verdict de la Commission européenne sur la légalité des aides versées par la Région wallonne pour la desserte de l’aéroport public de Charleroi(sud de la Belgique) à Ryanair est attendu le 3 février.

En plus de la décision spécifique sur le cas de Charleroi, la Commission européenne prépare des lignes directrices sur la manière dont les aéroports publics peuvent aider les compagnies qui les desservent, a indiqué le dirigeant de Ryanair.

Les propos de M. Callaghan n’ont pas été démentis par la Commission européenne, où un responsable a toutefois rappelé que le montant des aides que devra rembourser la compagnie irlandaise n’était pas encore exactement calculé.

Quant aux lignes directrices clarifiant la position de Bruxelles sur les relations entre aéroports publics et compagnies aériennes, elles sont attendues « pour le printemps », a-t-on indiqué de même source.

Dans le cas de Ryanair, la Commission européenne a notamment dans le collimateur les réductions de taxe d’atterrissage accordées à Ryanair et de frais d’assistance en escale qui lui ont été octroyés à Charleroi, pour obtenir sa desserte.

La Commission s’apprête à prendre « une décision négative non seulement pour Ryanair mais aussi pour toute l’industrie » des compagnies à bas prix, a prédit M. Callaghan.

Il a réitéré la menace de quitter l’aéroport de Charleroi si la décision de Bruxelles « augmente les coûts » de la compagnie aérienne à cet endroit.

« Nous ne pouvons pas accepter de gérer notre activité à des coûts gonflés par une décision de la Commission européenne, qui ne reflète pas les réalités commerciales », a-t-il souligné.

« Nous avons plusieurs accords du même type avec des aéroports privés au Royaume-Uni », qui accordent des conditions « significativement moins élevées » que l’aéroport de Charleroi, a-t-il ajouté.

Ryanair a reçu le soutien de la toute nouvelle Association européenne des compagnies à bas tarifs (ELFAA), qui regroupe dix membres dont Ryanair est de très loin le plus important.

Wolfgang Kurth, qui dirige la compagnie allemande Hapag-Lloyd Express et préside l’ELFAA, a souligné que les membres de l’association avaient les « mêmes sujets d’inquiétude » que la compagnie irlandaise.

« Elles ont conclu une centaine d’accords bilatéraux avec des aéroports européens » et « seraient toutes affectées » si la Commission les contraignait à revoir à la baisse les différents avantages reçus des aéroports, a expliqué M. Kurtz.

D’autant, a-t-il ajouté, que les aéroports « sont les acteurs du secteur aérien qui ont la plus forte marge bénéficiaire, autour de 20% », a-t-il souligné.

L’ELFAA ne compte toutefois pas le principal rival de Ryanair, EasyJet, ni la compagnie belge Virgin Express, qui a fait peindre sur la carlingue de ses avions « no subsidies » (« pas de subventions ») en signe d’hostilité au cas de Ryanair.

Voir en ligne : la Libre Belgique

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0