Accueil > ACTU > British Airways va supprimer 3.000 à 4.000 emplois d’ici deux (...)

British Airways va supprimer 3.000 à 4.000 emplois d’ici deux ans

mercredi 28 janvier 2004.

La compagnie aérienne britannique British Airways (BA) vient d’annoncer mercredi afin de réduire ses coûts annuels de 300 millions de livres (435 millions d’euros), ont rapporté lundi plusieurs journaux britanniques.

La première compagnie aérienne européenne en nombre de passagers a annoncé mercredi une réduction de ses coûts de personnel de 300 millions de livres pour les deux ans à venir, soit 435 millions d’euros d’économies sur la main d’œuvre. Ce montant correspond à la suppression de 3 à 4.000 emplois sur deux ans qui s’ajoute aux 12.087 emplois supprimés depuis 2001 ; BA avait annulé aussi des dizaines de liaisons non rentables .

British Airways va réduire à la fois les effectifs de son siège ainsi que les activités de logistique et d’entretien : 30% de baisse des coûts salariaux pour les fonctions administratives et 15% pour les fonctions opérationnelles.

« Bien que nous ayons réduit les coûts de 1,7 milliard de livres (2,5 milliards d’euros) ces deux dernières années, les revenus ont également baissé, il reste donc beaucoup de travail à faire ».

En novembre dernier, BA avait indiqué qu’elle pourrait annoncer début 2004 de nouvelles mesures de réductions des coûts. La compagnie avait précisé que les objectifs de son programme « Taille et forme du futur » étaient déjà dépassés avec des économies de 701 millions de livres depuis un an comparé à un objectif de 650 millions de livres et 12.087 emplois supprimés fin septembre, pour un objectif de 13.000 d’ici mars 2004.

Après avoir vu son trafic passagers baisser en Europe, British Airways avait déjà réagi en adoptant les recettes qui ont fait le succès de l’Anglaise Easyjet ou de l’Irlandaise Ryanair : baisse des prix des billets, recours accru à l’Internet pour les réservations (44% des ventes sur certaines destinations de BA), augmentation des rotations journalières... Un régime de cheval qui a permis à la compagnie de réduire de 701 millions de livres (840 millions d’euros) ses coûts de fonctionnement annuels. Mais pour Rod Eddington, « il est évident que nos coûts sont encore trop élevés ».

Dans ces conditions, ce nouveau plan a été très mal accueilli par les organisations syndicales et ne devrait pas améliorer le climat social dans une entreprise qui a connu ces derniers mois plusieurs mouvements sociaux. « Depuis qu’il a pris la direction de BA, Rod Eddington n’a fait que réduire le chiffre d’affaires et supprimer des milliers d’emplois, s’indigne Paul Kenny, reponsable du syndicat GMB, majoritaire dans le transport aérien. Il devrait démissionner », a-t-il ajouté. D’autres responsables syndicaux ont fait valoir qu’il sera impossible, avec un tel niveau de suppression d’emplois, de continuer à faire voler autant d’avions. « S’il devait y avoir des licenciements, notre organisation appelerait à la grève », a prévenu la direction de GMB.

Pour parvenir à ces nouvelles compressions de coûts de personnel, BA compte avoir recours aux congés sabbatiques, temps partiel, pré-retraites et à des départs volontaires ainsi qu’à un gel partiel des embauches. Ironie du calendrier, le jour même où British Airways annonce cette nouvelle rigueur, la compagnie aérienne américaine Delta Airlines fait part de son intention de consacrer 300 millions de dollars à la rénovation et au développement de son terminal à l’aéroport new-yorkais John Fitzgerald Kennedy.

British Airways emploie actuellement environ 45.000 personnes.

Voir en ligne : AFP et Libération

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0