Accueil > ACTU > Air Lib : le scandale des passagers non remboursés

Air Lib : le scandale des passagers non remboursés

vendredi 23 janvier 2004.

La compagnie Air Lib vivait, il y a un an, ses derniers jours , le tribunal de commerce de Créteil prononçait le 17 février 2002 la fin de la 2e compagnie française. Des centaines de passagers n’ont jamais été remboursés de leurs billets achetés directement à Air Lib sur le site internet ou via la centrale téléphonique de réservation. AirInfos a recueilli les témoignages de ces passagers…

Robert V. a acheté pour 7500 Euros de billets pour Fort de France en décembre 2002. La presse parlait des difficultés de la compagnie mais tout le monde croyait à l’époque à l’éventualité d’un repreneur : le PDG d’Air Lib multipliait d’ailleurs les annonces rassurantes et allait sortir de son chapeau un homme d’affaires hollandais présenté comme le sauveur de la compagnie. De nombreux passagers continuaient donc d’acheter des billets Air Lib profitant des nombreuses promotions de la compagnie notamment vers la Martinique et la Guadeloupe. A ce jour et malgré de nombreuses tentatives auprès des autorités, Robert V. a été débouté de toutes ses tentatives pour récupérer les 7500 Euros perdus avec la fin d’Air Lib.

Jocelyne Da Costa mobilise un groupe de 29 passagers non remboursés sur un total de plus de 29000 Euros soit une moyenne de 1000 Euros par passagers. Madame Da Costa a porté l’affaire en justice avec l’aide de la Confédération Syndicale des Familles ou CSF. La demande a été jugée irrecevable par le juge Van Ruymbeke. La CSF n’a pas pu continuer son action suite à la réponse du juge dont nous publions un extrait :

« Suite à notre sollicitation, la CSF a reçu en date du 21 novembre 2003, une ordonnance d’irrecevabilité de constitution de partie civile émanant du juge Van Ruymbeke. Aux termes de cette ordonnance, nous ne pouvons pas (ainsi que les consommateurs que nous représentons) prétendre à être partie civile dans l’action judiciaire initiée par le Ministère Public, à l’encontre de l’ex-PDG d’Air Lib, pour abus de biens sociaux. En effet, les poursuites judiciaires pour abus de biens sociaux ne sont ouvertes qu’aux personnes morales ou physiques ayant subies un préjudice direct et les clients de la compagnie Air Lib seraient réputés n’avoir subi qu’un préjudice indirect, éventuellement. »

Voir en ligne : Air Infos

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0