Accueil > ACTU > Air Lib sauvée pour 300 Millions d’Euros versés par l’Etat ?

Air Lib sauvée pour 300 Millions d’Euros versés par l’Etat ?

vendredi 27 décembre 2002.

Le porte-parole d’Air Lib, Pascal Perri, a confirmé le dépôt, le 20 décembre, de ce plan de sauvetage, révélé jeudi par le quotidien économique La Tribune. La base en est la transformation du prêt de sauvetage de 30,5 millions d’euros en plan de restructuration", a indiqué M. Perri.
Le nouveau plan prévoit quelque 100 millions d’euros pour l’abandon des créances publiques, dont les 30,5 millions d’euros du prêt, et 172 millions d’euros d’apport du repreneur en trois ans, soit un total de 272 millions d’euros, a indiqué M. Perri.

M. Perri a confirmé « absolument » l’engagement d’IMCA et de son PDG Erik De Vlieger. Le but est que celui-ci contrôle 50 % de la compagnie, a ajouté M. Perri, qui confirme la réorientation d’Air Lib vers le « low-cost » (compagnies à bas coûts). Le ministère des transports et M. De Vlieger n’ont pu être joints immédiatement pour confirmation.
Or, selon les Echos du 27 décembre, le projet soumis au gouvernement n’évoque pas le nom du repreneur potentiel, et prévoit au contraire un appel à la générosité de l’Etat.
Dans sa page 54, le document est on ne peut plus explicite, puisqu’en plus des abandons de créances publiques, il est stipulé que « d’un point de vue financier, l’aide consiste pour l’Etat à consentir une aide de 172 millions d’euros sous forme d’un subside non remboursable en plusieurs tranches selon les besoins décrits par le plan. » L’alinéa suivant précise même : « La première tranche sera attribuée pour 52 millions d’euros. Bref, l’investisseur néerlandais demande à l’Etat de remettre l’entreprise à niveau avant, éventuellement, d’y investir », résume un bon connaisseur du dossier.

Sur le plan industriel, le projet, qui prévoit un retour à l’équilibre d’exploitation pour l’exercice 2003-2004 après un plan social de 130 suppressions d’emplois (plus 103 CDD) coûtant 12,5 millions d’euros, puis à un résultat net après impôts de 118 millions d’euros en 2004-2005 et de 468 millions en 2005-2006, repose sur une exploitation proche du périmètre actuel avec notamment les vols à bas prix Air Lib Express (France et Europe) et le redéploiement vers l’Afrique de lignes d’outre-Mer déficitaires, mais avec une flotte rénovée.

Paul Fourier, délégué syndical CGT d’Air Lib, s’est étonné de « voir s’étaler dans les colonnes de La Tribune » un plan de restructuration qui aurait plutôt dû être « présenté au comité d’entreprise, démarche plus logique et conforme à la loi ».

Voir en ligne : Le Nouvel Obs

aller en haut de page

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0