Accueil > ACTU > Syntec-Informatique abat son jeu

Syntec-Informatique abat son jeu

lundi 15 décembre 2003.

Le Syntec-Informatique(syndicat des employeurs Sociétés de Services Informatiques) vient de publier une version finalement très proche de la première mouture officieuse, que s’était procuré « Le Monde Informatique » et qui avait pourtant provoqué un tollé en septembre dernier.

Le document insiste sur la nécessité de mettre en place une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences par la voie de la négociation collective et d’élaborer une politique de formation initiale et continue ad hoc (y compris pour les demandeurs d’emploi). Histoire de susciter l’adhésion des différents partenaires sociaux avant d’aborder les sujets qui fâchent.

Le Syntec-Informatique cherche toujours à précariser encore plus les emplois en introduisant des intermittents des services appelés « contrat de mission » au lieu de « contrat de chantier ». En fait c’est la flexibiklité maximale avec un contrat de travail uniquement pour une mission donnée avec la mobilité comme un impératif professionnel.

Pourquoi se donner tant de mal, les SSI deviennent des sociétés d’intérim. Mais elles n’aiment pas qu’on les traitent ainsi ni surtout payer les garanties financières imposées par ce type d’activité. Elles veulent le beurre et l’argent du beurre !

Cette précarité et flexibilité des salariés des SSII se développe jusqu’à prendre ses congés quand l’employeur n’a plus besoin de vous en intercontrats mais pas quand vos enfants sont en vacances ! L’employeur seait le maître de l’agenda du salarié devenu l’esclave des services.

Et pour encore plus de profit pour ne pas s’embéter avec le social, le Syntec réclame une procédure de licenciement économique adaptée au secteur, c’est à dire, selon le syndicat patronal, plus souple et plus rapide.

Un catalogue d’offres d’ores et déjà rejeté par par la CGT   : « Pas question de négocier sur ces dispositions », déclare Noël Lechat, secrétaire général de la Fédération des sociétés d’études. « Il faut savoir si l’on veut un secteur de services informatiques digne de ce nom ou mettre en place un système d’assistance technique avec des intermittents, poursuit-il. Nous allons, en revanche, travailler en profondeur sur le volet formation ».

Les négociations s’annoncent donc houleuses, mais Jean Mounet ne désespère pas d’aboutir à des mesures concrètes dans le courant du premier semestre 2004.

Voir en ligne : Le Monde Informatique

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0