Accueil > ACTU > ADP veut faire de ses aéroports des temples du commerce

ADP veut faire de ses aéroports des temples du commerce

mardi 9 décembre 2003.

Fort des milliers de passagers qui transitent chaque jour dans ses aérogares, Aéroports de Paris (ADP) veut accélérer le développement du commerce aéroportuaire, au delà du traditionnel trio alcools-tabac-parfums.
« La priorité des priorités est de mieux servir nos clients. Or, les achats représentent l’une des »préoccupations majeures des passagers", a indiqué mardi Pierre Graff, président d’ADP, lors de la présentation du Terminal 2E de Roissy-Charles-de-Gaulle, dernier-né des terminaux d’ADP, mis en service en juin.

ADP est « en pleine mutation et la clé de voûte, c’est le cadre juridique », a-t-il rappelé. Le groupe devrait être transformé en société anonyme en 2004, puis ouvrir son capital en 2005, a-t-il expliqué.

« Le but, c’est de permettre à ADP d’être compétitif, robuste, et souple », a poursuivi M. Graff.

Le commerce aéroportuaire est l’un des axes majeurs qu’ADP entend développer pour faire face à la concurrence des autres aéroports, et doit devenir une source de profits plus importante pour le groupe.

« Notre objectif est d’accroître nos surfaces commerciales de 20% d’ici cinq ans », a précisé M. Graff.

Actuellement, les revenus provenant des boutiques des aéroports parisiens représentent 180 millions d’euros, soit 16% du chiffre d’affaires d’ADP. « Ce n’est pas beaucoup par rapport à certains aéroports européens », a admis M. Graff.

Le Terminal 2E représente une vitrine « exemplaire des ambitions » développées par ADP dans le domaine du commerce aéroportuaire. Ses activités commerciales bénéficient d’une surface sans équivalent avec plus de 6.000 m2 au total, dont 2.780 m2 pour les boutiques sous douane et 2.800 m2 pour les bars et restaurants.

La densité des surfaces commerciales représente un ratio de 900 m2 de boutiques par million de passagers au départ du Terminal 2E, contre 500 m2 par million de passagers au départ des autres terminaux d’ADP actuellement. Mais 900 m2 pour Heathrow : si « chaque mètre carré rapporte bien, c’est toutefois moins qu’en Angleterre », reconnaît M. Graff.

ADP s’est impliqué directement dans la gestion des boutiques de Roissy, en créant une joint-venture avec Aelia (Lagardère), détenue à 51% par Aelia et 49% par ADP. « L’idée est de mettre nos connaissances en commun pour en tirer les synergies », a expliqué M. Graff.

« Avec le Terminal 2E, nous montons d’un cran ». Les 51 points de vente et services —26 boutiques, dont 20 en zone sous douane, 10 points de services, 15 bars et restaurants— sont spacieux allant de 60 à 90 m2 pour les boutiques et jusqu’à 300 m2 pour l’espace alcools-tabacs sous douane.

Le panier moyen de 36 euros pour les boutiques ADP est passé à 47,35 € dans ce terminal, a précisé M. Graff.

Au Terminal 2E, se trouvent notamment une cave à cigares, un petit supermarché, un espace cosmétique ou encore des restaurants à thèmes. En zone publique, l’offre est orientée vers les services de proximité et les prestations qui facilitent la vie des passagers, accompagnants et personnels.

Les boutiques Aéroports de Paris en chiffres

Aéroports de Paris compte plus de 200 boutiques réparties entre les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et Orly :

  • 220 boutiques (dont 164 boutiques sous douane)
  • 166 services (loueurs de voiture, de téléphones mobiles, banques, pharmacies, coiffeurs...)
  • 111 bars et restaurants
  • 9 hôtels d’une capacité totale de 2.684 chambres
  • plus de 1.000 marques françaises et internationales
  • 80 sociétés concessionnaires
  • 886 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2002
  • 14,82 € de chiffre d’affaires par passager en zone sous douane.
aller en haut de page

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0