Accueil > ACTU > L’avenir des agences de voyages en question

L’avenir des agences de voyages en question

lundi 8 décembre 2003.

Le développement des offres sur Internet et le système de réservation mondial provoquent une guerre ouverte entre les producteurs et les distributeurs

Avec la crise sans précédent que traverse le tourisme, l’avenir des agences de voyages est compromis. Les producteurs, transporteurs et tour opérateurs sont de plus en plus nombreux à vendre leurs produits en direct. La SNCF et Air France, par exemple, se sont implantées sur Internet avec leur propre site ; un consortium de compagnies aériennes a créé le site Opodo. Elles offrent ainsi aux voyageurs des billets à des prix attractifs et ne payent pas les services des agences.

De son côté, le système de réservation mondial, Amadeus, a pris les devants. Philippe Grando, son directeur général, a annoncé qu’à l’instar de ce qui se pratiquait pour les compagnies à bas prix, la commission d’environ 7% versée par les compagnies aériennes pour un billet vendu à bas tarif serait réduite ou supprimée. Les agences devront même débourser une somme plus importante pour accéder à ces produits. Or, la vente de billets représente 70% du chiffre d’affaires des distributeurs. « Rien ne sera révisé avant 2005 », a malgré tout tempéré Frédéric Alory, directeur des ventes grand public d’Air France. Les agences ont donc un an pour s’organiser. « La vente directe ou à prix cassés se développe à une vitesse exponentielle », s’est inquiété Philippe Demonchy, le président de Selectour, lors du congrès, organisé ce week-end à Djerba.

Le premier réseau d’agences de voyages indépendantes et troisième réseau de distribution en France a donc pris les choses en main. Jean Robert Reznik, président de l’Alliance, possédée à part égale par Selectour et Accor, a décidé de mettre la pression sur les transporteurs pour obtenir les billets moins cher pour compenser la perte de la commission. Vis-à-vis des tour-opérateurs, l’Alliance affiche sa politique avec le partenariat conclu cette année avec TUI France qui s’engage à distribuer ses produits exclusivement en agences. « Le réseau privilégiera désormais ce type d’accord », a précisé Philippe Demonchy. Enfin, selon lui, l’Alliance met en place une base de données interne qui lui permettra, si les négociations n’aboutissent pas avec Amadeus et Air France, de se passer de ces deux grands partenaires.

Voir en ligne : Le Figaro

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0