Accueil > ACTU > Le ciel français est forcément une catastrophe

Le ciel français est forcément une catastrophe

lundi 24 novembre 2003.

Euralair dépose son bilan, Air Littoral licencie, Aeris est mise en liquidation

Début novembre, le transport aérien français a vécu l’une des périodes les plus sombres de son histoire. Coup sur coup, la compagnie Euralair a déposé son bilan, Air Littoral a supprimé un tiers de ses effectifs et Aeris a été mise en liquidation. Au total, un millier d’emplois sont menacés ou condamnés - davantage, en tenant compte des sous-traitants. Tandis que des centaines de salariés d’Air Lib sont encore au chômage dix mois après sa fin.

Faiblesses et amateurisme. Treize ans après l’ouverture du ciel français à la concurrence, le bilan est accablant. Sur des lignes comme Orly-Marseille ou Orly-Toulouse, qui faisaient l’objet de tant de convoitises, il ne reste plus qu’Air France et easyJet pour faire la navette. TAT, Air Liberté, AOM, Aeris… Nombreuses sont les compagnies à s’être lancées et à avoir perdu. Si ces échecs sont dus à leur faiblesse capitalistique ou, pour certaines, à leur amateurisme, cette situation contraste avec la vigoureuse concurrence du secteur de la téléphonie...

Voir en ligne : Challenges

aller en haut de page

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0