Accueil > ACTU > EasyJet en embuscade pour la reprise d’Aeris

EasyJet en embuscade pour la reprise d’Aeris

mardi 14 octobre 2003.

EasyJet dispose d’atouts majeurs pour la reprise de l’activité low cost d’Aeris. Le 28 octobre, on saura si la compagnie toulousaine est reprise ou liquidée. AERIS est pour l’heure dans l’expectative. Aucun dépôt d’offre de reprise n’est encore connu, et les 450 salariés de la compagnie aérienne attendent avec impatience le 28 octobre, date à laquelle le tribunal de commerce de Toulouse devrait rendre publiques les éventuelles propositions. Si l’hypothèse exprimée par les dirigeants d’Aeris se confirme, plusieurs contacts sont en cours et la reprise de la société devrait être effective à la fin du mois. Reste à savoir si la cession s’effectuera globalement, ou si les deux activités, le charter et les vols réguliers à bas coût (Aeris Express) seront cédés séparément.

Dans l’un ou dans l’autre de ces cas de figure, il est difficile aujourd’hui de savoir si la totalité des effectifs sera reprise, ou, comme bon nombre de salariés le craignent, s’il y aura des laissés pour compte. En revanche, si l’administrateur judiciaire estime qu’aucune offre de reprise sérieuse n’a pu être finalisée, la liquidation judiciaire d’Aeris peut être prononcée. Dans ces conditions, les fameux « slots », les 7.612 créneaux horaires annuels attribués à la compagnie pour desservir, via Orly, Toulouse, mais aussi Tarbes-Lourdes et Perpignan, seront redistribués par la Cohor, l’organisme officiel, à d’autres transporteurs. « Cela peut prendre un mois » note une source proche de la compagnie aérienne. « Mais dans toutes les hypothèses, la compagnie low cost EasyJet apparaît en position de force, à la fois pour négocier une éventuelle reprise d’Aeris (ce qui ne serait pas une bonne nouvelle pour les salariés), mais aussi pour prendre la succession de la compagnie toulousaine dans le ciel français. » Sur Toulouse-Orly, EasyJet assure aujourd’hui 4 vols quotidiens, contre 5 pour Aéris.

« Mais le taux de remplissage de la compagnie britannique dépasse les 80 %, soit un taux bien supérieur à celui d’Aéris. EasyJet, qui a été désavantagée au niveau de la distribution des slots au moment de l’arrêt d’AirLib, dispose aujourd’hui de tous les atouts pour monter en puissance, notamment à Toulouse. » Selon nos informations, la compagnie de Ray Webster pourrait prochainement assurer la liaison Toulouse-Nice, soit cinq vols quotidiens jusqu’ici réalisés par Air Littoral. Sans oublier l’ouverture, à partir du 26 octobre prochain, de deux vols quotidiens Toulouse-Londres, face aux trois d’Air France et aux trois de British Airways. EasyJet compte donc s’implanter durablement et de façon croissante sur Toulouse. Elle apparaît aujourd’hui comme l’acteur le mieux armé pour reprendre l’activité low cost d’Aeris.

Christian CHAUMERLIAC

Voir en ligne : La Dépêche du Midi

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0