Accueil > ACTU > François Legros dévoile son plan pour Air Littoral

François Legros dévoile son plan pour Air Littoral

jeudi 16 octobre 2003.

Parmi les entrepreneurs régionaux susceptibles de fournir rapidement une évidence de fonds de 10 M€, François Legros, PDG de Genesys conferencing, était forcément évoqué. Mais la direction d’Air Littoral démentait. Jusqu’à hier, où après la révélation du nom du dernier candidat à la reprise de la compagnie régionale par notre confrère L’Indépendant, elle confirmait l’identité du porteur de projet aux représentants des salariés réunis en comité d’entreprise extraordinaire. Comme les collaborateurs de François Legros, absent du département. Mais ceux-ci de préciser que le jeune patron de la société de téléconférence créée à Montpellier ne serait qu’actionnaire minoritaire d’Air Littoral si son offre de reprise était retenue par les administrateurs judiciaires.L’entrée de François Legros dans la course au sauvetage d’Air Littoral n’est pas réellement une surprise. En 2001, lors de la déconfiture de SAir-group, la holding helvétique alors propriétaire de la compagnie, il appelait dans les colonnes de Midi-Libre les entrepreneurs locaux à se mobiliser (notre édition du 27 mars 2001). Un appel dont les administrateurs judiciaires se sont peut-être souvenus lorsqu’ils se sont mis à prospecter des capitaux privés. Hier, les collaborateurs de François Legros précisaient ainsi que celui-ci a été récemment sollicité.En 2001, François Legros évoquait la possibilité pour lui de trouver des investisseurs à travers Genesys. Il lâchait également les noms d’Altrad et Sabaté comme partenaires potentiels à un tour de table. La direction d’Air Littoral parle aujourd’hui d’un fonds d’investissement européen. Dont on pourrait connaître les composantes à la fin de la semaine.Il y a deux ans, François Legros affirmait aussi que le sauvetage d’Air Littoral était un devoir civique et une question affective pour l’ancien étudiant montpelliérain qu’il est. Nourrit depuis aux marchés américain et asiatique, il a produit un plan de reprise sensiblement moins marqué par l’affect. Comme l’italien Seven group, François Legros et ses partenaires ne souhaitent conserver que 17 des 32 appareils de la flotte d’Air Littoral. Le projet escompte la reprise des trois Fokkers par Regional, la filiale d’Air France. Il est un peu mieux disant que son principal concurrent sur le volet social : 378 salariés conservés contre 338 (pour la compagnie mère, qui compte 700 employés - NDLR). Côté réseau, les dessertes Nice-Florence, Nice-Calvi, Marseille-Calvi, Marseille-Figari et Milan-Strasbourg seraient abandonnées. A l’inverse, des liaisons depuis Nice vers Hambourg, Berlin, Palma et Malaga pourraient être créées en 2005, depuis Nice vers Barcelone et Madrid en 2006. Le chiffre d’affaires prévisionnel s’établit à 152 M€ en 2004, 188 M€ en 2006.Mais l’offre de reprise est largement conditionnée : 25 % minimum d’économies de loyer sur les avions, obtention de 5 M€ auprès des CCI et collectivités locales à titre d’avances remboursables et d’une caution bancaire de 13 M€, renonciation de l’Agglo de Montpellier à la résolution de la vente du terrain annexe à l’ancien siège de la compagnie. Pour les salariés, il faudrait accepter le relèvement du seuil de déclenchement des heures supplémentaires, le changement de base pour les navigants (ils iraient à Nice), entre 5 et 10 % de réduction de salaire pour les employés au sol. Autant d’accords à trouver avant l’audience du tribunal de commerce, le 27 octobre…

Raphaël ORTSCHEIDT

Voir en ligne : Midi libre

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0