Accueil > ACTU > Neuf candidats en lice pour tout ou partie du groupe Air Littoral

Neuf candidats en lice pour tout ou partie du groupe Air Littoral

mardi 7 octobre 2003.

Après une prolongation de la procédure face à la défection du fonds de pension américain Wexford capital (nos éditions précédentes), les candidats à la reprise d’Air Littoral ou de ses filiales, en redressement judiciaire depuis le 21 août, devaient se faire connaître hier auprès des administrateurs judiciaires du groupe. Une échéance relative, rien n’empêche légalement un postulant de se présenter jusqu’à l’audience du tribunal de commerce de Montpellier, fixée le 27 octobre, mais qui permet de faire le point sur l’intérêt porté à la compagnie. Donc sur ses chances de survie.

Au total, neuf candidats se sont aujourd’hui déclarés. Quatre pour l’ensemble du groupe, un pour la compagnie aérienne uniquement, deux pour Air Littoral industrie et deux pour l’Ecole supérieure des métiers de l’aéronautique (Esma). Deux d’entre eux, annoncés hier par les administrateurs judiciaires, restent inconnus. On sait néanmoins qu’ils ont déposé une offre pour le groupe entier, l’un en exigeant une confidentialité stricte le temps de boucler les aspects financiers de son dossier. L’identité de l’autre devrait être dévoilée aujourd’hui aux représentants des salariés d’Air Littoral, lors d’un comité d’entreprise extraordinaire.

Les sept autres candidats sont déjà connus. Le fonds d’investissement italien Seven group, qui a racheté la compagnie régionale Azzurra airlines à Air Malta il y a trois semaines seulement, a en effet confirmé ses intentions pour l’activité de transport (Midi Libre du 26 septembre). Le transalpin disposerait de puissants moyens financiers. La semaine dernière, ses représentants ont fait le voyage depuis Bergame pour ausculter Air Littoral.

Pour l’entier périmètre, le consortium cannois et Danavia SA ont peaufiné les offres déposées dès le 15 septembre. Hier, les Cannois précisaient avoir fait appel à la société de conseil Global Aéro transport et prévoir un investissement de 73,3 M€ sur deux ans.

Côté filiales, Jérôme Chauchard, PDG d’Axis travel, est en concurrence avec l’Institut supérieur de gestion pour reprendre l’Esma. Air Littoral industrie intéresse quant à elle TAT industrie et le constructeur d’aéronefs SLM 3D aviation. Hier, à l’instar de TAT (Midi Libre du 17 septembre), ce dernier présentait deux plans. Une reprise de 70 salariés sur 200 si la compagnie mère n’était pas sauvée (avec laquelle la filiale réalise 75 % de son chiffre d’affaire), l’entier périmètre si les contrats d’entretien peuvent être maintenus.

Echaudés par l’épisode Wexford, les salariés préféraient hier attendre de connaître le contenu des dossiers pour se prononcer. Un comité d’entreprise extraordinaire est réuni ce matin à cet effet. Mais le personnel n’est pas seul à attendre des précisions. Le conseil supérieur de l’aviation marchande se réunit demain pour examiner les plans de vols de la compagnie. Contrairement à la rumeur qui court le siège d’Air Littoral, la direction du groupe affirme que sa licence d’exploitation n’est pas en jeu.

Raphaël ORTSCHEIDT

Voir en ligne : Midi libre

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0