Accueil > ACTU > Le mariage Air France/KLM porteur d’espoirs pour le secteur du (...)

Le mariage Air France/KLM porteur d’espoirs pour le secteur du tourisme

mercredi 1er octobre 2003.

Les professionnels du tourisme estiment que le rapprochement Air France/KLM, s’il soulève quelques craintes, entraînera pour eux un élargissement de l’offre en matière de destinations et de sièges.
« L’aspect négatif éventuel, estime un analyste, Nicolas Faure (Crédit Lyonnais), serait un changement de rapport de forces, les compagnies pouvant mieux imposer leurs conditions, mais il est trop tôt pour le dire ».

Pour Eric Bernard (SG Sécurities), dans la mesure où « à priori les deux structures opérationnelles seront gérées indépendamment », le rapprochement ne devrait toutefois rien changer à court et moyen terme.

« Si cela peut ouvrir Air France davantage au trafic touristique, cela élargira nos stocks et évitera d’avoir à chercher des sièges ailleurs », espère René-Marc Chikli, président du Ceto (Association des tours opérateurs).

« KLM est un très bon transporteur pour le tourisme », dit-il, Amsterdam servant de plaque-tournante vers l’Afrique, l’Amérique du sud ou l’Asie. Air France est « davantage orientée vers le trafic business, et ne donne aux voyagistes des sièges qu’en fonction des stocks restants ».

« Notre attente, dit-il, c’est que le nouveau groupe améliore la capacité en faveur du tourisme grâce à KLM », chacun étant complémentaire de l’autre.

Actuellement, selon Air France, l’activité tour opérateur représente 4 à 5% du chiffre d’affaires de la compagnie, tourisme individuel non compris.

« C’est une bonne nouvelle », estime Emmanuel Foiry, pdg de Kuoni France, notamment pour l’accès aux lignes de KLM depuis la province. « 60% de notre clientèle vient de province », note-t-il.

Un porte-parole du groupe Club Med/Jet Tours, signataire en 2002 d’un « accord stratégique » avec Air France, dont il est le plus gros client tour opérateur, a indiqué à l’AFP qu’il demanderait à « étendre cet accord à la nouvelle configuration du groupe » et espère aussi « renforcer sa desserte avec les Pays-Bas », notamment pour sa clientèle nord-européenne.

« Certains prix peuvent monter », estime Peter Keller, expert international, mais « les tour opérateurs échappent un peu à cela avec les vols charters ».

Antoine Cachin, président de Thomas Cook (ex-Havas Voyages) estime qu’il « ne faut pas que cela remette en question la rémunération des distributeurs ». L’analyste Eric Bernard pense que non, « Air France ayant déjà négocié les commissions à la baisse ».

Le président du Snav (Syndicat national des agents de voyages), César Baldéracchi, a affirmé à l’AFP avoir reçu des assurances du président d’Air France que la commission ne serait pas remise en question.

La nouvelle taille d’Air France, pour lui, est « un renfort » pour le maintien de la rémunération des agences à la commission (7% sur les tarifs publics), pratiquée par Air France mais abandonnée aux Etats Unis. KLM avait envisagé un moment de passer aussi à la « commission zéro ».

Pour M. Baldéracchi, le rapprochement est « une bonne affaire pour les agences », qui commercialisent l’essentiel de la billetterie aérienne. « Cela nous permettra d’avoir un seul interlocuteur avec des destinations nouvelles, celles de KLM », dit-il.

Selon le Snav, les agences vendent 71 à 72% des billets d’Air France et 91 à 92% des billets KLM au départ de la France.

Pour Philippe Demonchy, président du réseau Sélectour, « avoir une grande compagnie européenne d’origine française devenait indispensable ».

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0