Accueil > ACTU > AF/KLM : Deux entreprises aux cultures différentes, attention au (...)

AF/KLM : Deux entreprises aux cultures différentes, attention au choc

mardi 30 septembre 2003.

La France et les Pays-Bas ont des cultures d’entreprise très différentes, et parfois opposées, qui pourraient constituer un redoutable obstacle à un envol réussi du nouveau groupe Air France-KLM.

L’alliance entre les deux compagnies aériennes ne sera « absolument pas facile », estime Fons Trompenaars, directeur d’un bureau de consultants spécialisé dans les questions interculturelles.

Sollicité par KLM pour analyser les meilleurs moyens de surmonter ces différences de culture, ce Franco-Néerlandais juge que « le résultat d’une alliance entre les deux groupes pourrait être très réussi, mais exigera un travail acharné ».

C’est pourquoi, il préconise une prise de conscience de ces disparités suivie d’une phase destinée à bâtir le respect mutuel. Mais surtout, il conseille aux deux groupes « de se concentrer sur leur objectif et non sur les différences ».

Le directeur de la Chambre de commerce franco-néerlandaise d’Amsterdam, Eric Blanc, évoque pour sa part un problème de reconnaissance entre les entreprises des deux pays.

« Il existe de grandes différences entre la France et l’Allemagne, mais les deux pays se reconnaissent mutuellement comme de +grands peuples+ et se traitent d’égal à égal, ce qui n’est pas toujours le cas vis-à-vis des Pays-Bas », dit-il. Or, « les Néerlandais sont très fiers ».

Il conseille lui aussi aux Français et aux Néerlandais qui s’apprêtent à entamer des relations d’affaires de bien se préparer et de prendre conscience de leurs fonctionnements réciproques, qui ne sont pas toujours semblables.

Il discerne en France des structures d’entreprise fortement hiérarchisées, voire autoritaires, un langage volontiers interprété comme hypocrite par les Néerlandais ou encore une certaine désorganisation qui les inquiète.

Selon lui, les Français ont pour leur part les plus grandes difficultés à s’adapter aux décisions consensuelles qu’affectionnent les Néerlandais et à leurs structures d’entreprise décentralisées et égalitaires.

Ils se hérissent quand ces derniers exigent une application minutieuse de chaque lettre du contrat et bloquent face à leur âpreté désarçonnante lors de négociations.

M. Blanc constate que, paradoxalement, les points communs entre les deux pays sont nombreux, « mais ce ne sont pas les plus positifs ». « Le Néerlandais comme le Français aime donner des leçons de morale et tous deux ont une certaine arrogance dans leurs contacts », explique-t-il.

Pourtant, « il existe des complémentarités très intéressantes, telles que l’esprit méthodique des Néerlandais et la créativité des Français ».

Le professeur Hugo Roos, spécialiste d’économie aéronautique à l’Université Erasme de Rotterdam, considère qu’une concentration des compagnies aériennes est « inévitable dans le contexte actuel ».

Il minimise l’importance des différences de cultures d’entreprise latines et germaniques, et affirme que, si elles constituent un obstacle, « c’est par manque de connaissance du caractère du partenaire ».

Aux Français, donc, de bien comprendre l’importance historique que revêt la KLM aux yeux des Néerlandais. Un problème similaire avait provoqué la fin de l’alliance entre le constructeur automobile Renault et son partenaire suédois Volvo.Pour Eric Blanc, « Air France est déjà engagé dans d’autres alliances. La compagnie est consciente des problèmes à envisager ».

Voir en ligne : AFP

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0