Accueil > ACTU > Boeing déleste ses effectifs par milliers pour ne pas piquer du (...)

Boeing déleste ses effectifs par milliers pour ne pas piquer du nez

vendredi 18 juillet 2003.

Boeing, le géant de l’aéronautique et de la défense, va supprimer à nouveau des milliers d’emplois dans sa division aviation commerciale, ébranlée par les difficultés des grandes compagnies aériennes américaines, encore bien trop fragiles pour passer de nouvelles commandes.
D’ici la fin de l’année, quelque 4 à 5.000 emplois seront supprimés dans cette division, a annoncé jeudi le constructeur de Seattle (ouest) dans un communiqué.

« C’est une période sans précédent et très difficile pour nous tous dans le secteur de l’aviation commerciale », a reconnu Alan Mulally, le patron de la division.

« Bien que nous soyons optimistes sur les perspectives à long terme de ce secteur, nombre des compagnies aériennes clientes continuent de faire face à de sérieux défis alors qu’elles se battent pour restaurer leurs finances et avoir les moyens de commander de nouveaux avions et des services », a-t-il ajouté.

L’aviation commerciale de Boeing s’était déjà séparée de 5.000 personnes en novembre dernier, et ses effectifs, réduits à 55 ou 56.000 personnes fin 2003, auront ainsi fondu de 40% depuis les attentats du 11 septembre 2001, élément déclencheur de la crise historique que traverse l’aviation civile aux Etats-Unis.

La sanction des suppressions d’emploi intervient alors que Boeing avait reçu quelques bonnes nouvelles récemment, faisant presque oublier un salon du Bourget (France) nettement à l’avantage de son concurrent Airbus en terme de contrats.

Le 1er juillet, la compagnie américaine à bas prix AirTran a passé commande de 110 Boeing 737 et 717. Peu auparavant All Nippon Airways (ANA) avait finalisé une commande de 45 Boeing 737 et les forces armées américaines avaient choisi d’acheter en leasing 100 avions ravitailleurs.

Pour autant, l’horizon ne devrait pas s’éclaircir pour l’avionneur américain tant que les grandes compagnies des Etats-Unis, qui sont ses clients traditionnels, ne seront pas sorties du marasme.

Les résultats trimestriels tout juste publiés par American, Delta ou Continental Airlines prouvent les difficultés à se restructurer et à sortir du rouge, malgré une légère embellie depuis le début de l’été.

Delta et Continental, respectivement 3e et 5e transporteurs aériens des Etats-Unis, ont ainsi évité de justesse la perte nette au 2e trimestre grâce aux subventions versées par Washington pour renforcer la sécurité des lignes, estiment les analystes.

De son côté le numéro un American Airlines, revenu à un « modeste » bénéfice au mois de juin, s’est interdit tout triomphalisme. « Nous connaissons les pics traditionnels de la saison d’été et les mois d’hiver seront plus difficiles », soulignait mercredi le PDG d’American, Gerard Arpey.

Une des conséquences de cette crise était déjà connue : Boeing, pour la première fois cette année, devrait livrer moins d’appareils civils que son concurrent européen Airbus. Il table néanmoins toujours sur « environ » 280 livraisons, a assuré jeudi un porte-parole.

Depuis le printemps, quand les craintes d’actes terroristes liées à la guerre en Irak et l’épidémie de pneumonie atypique ont accentué la baisse de fréquentation des avions, Boeing a dû passer dans ses comptes une provision de 1,2 milliard de dollars liée à la dépréciation de son fonds commercial.

Une nouvelle perte nette sera vraisemblablement inévitable au 2e trimestre. Mardi, le groupe a en effet annoncé que les difficultés de sa division spatiale (lancement de satellites) l’obligent à prendre une provision d’1,1 milliard de dollars dans ses comptes. Les résultats sont attendus le 23 juillet.

Voir en ligne : le communiqué Boeing

aller en haut de page

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0