Accueil > ACTU > A l’aéroport d’Orly, les salariés de Hertz prolongent la grève

A l’aéroport d’Orly, les salariés de Hertz prolongent la grève

jeudi 21 janvier 2016.

En grève depuis ce lundi 18 janvier, les salariés de l’agence de location de voitures Hertz de l’aéroport d’Orly ont manifesté ce mercredi autour d’un barbecue.

Motif principal de la grève : une flexibilité horaire épuisante sans contrepartie suffisante des salaires, selon les collaborateurs en colère. « Nous demandons l’augmentation générale des salaires de 80 euros, contre 26 euros proposés par la direction, et un retour au temps de travail hebdomadaire » , réclame Alain Jehan, délégué syndical CGT   Hertz France, qui regrette « une flexibilité tirée au maximum. »

Fin 2013, un accord a été signé entre la direction et CFDT  , CFTC et FO, permettant d’assouplir le temps de travail et d’améliorer le dialogue avec les salariés. Mais aujourd’hui, préparateurs, chargés de clientèle, mécaniciens et chefs d’équipe n’y trouvent pas leur compte.

« On peut travailler jusqu’à 44 heures par semaine et n’avoir que 9 weekends de repos dans l’année » , témoigne un salarié. « Et en plus, on ne connaît jamais les horaires de travail à l’avance. On alterne des semaines calmes et chargées selon les besoins de l’entreprise.  »

« C’est incompatible avec la famille, on peut nous changer nos horaires du jour au lendemain, on a une vie aussi en dehors de Hertz ! » s’agace pour sa part une autre salariée. « Quand vous finissez à 20 heures, et que vous mettez deux heures pour rentrer, en recommençant à 6 heures le lendemain, le temps de repos n’est pas respecté » , reproche un préparateur.

« C‘est une machine qui fait les emplois du temps. Elle ne peut pas prendre en compte les facteurs humains. Or, il peut y avoir des aléas. Si le vol est retardé, je me retrouve seul au comptoir à gérer 20 personnes, suivre des procédures strictes avant de leur louer le véhicule » , témoigne un chargé de clientèle.

« De 7 vérifications de véhicules par jour, on est passé à 11 ! Forcément, le travail est moins bien fait », se désole pour sa part un mécanicien. « Un loueur aujourd’hui, on lui demande aussi d’être vendeur d’assurance… On nous en demande toujours plus » , reprend enfin Alain Jehan.

Voir en ligne : Article sur 94Citoyens.com

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0