Accueil > ACTU > Air France va-t-elle couler les journaux français ? Un nouveau crash en vue (...)

Air France va-t-elle couler les journaux français ?
Un nouveau crash en vue pour la presse papier ?

mercredi 26 septembre 2012.

Chaque jour Air France achète plus de 130 000 exemplaires des principaux quotidiens français. Mais la compagnie aérienne a décidé de passer au numérique...

Encore une mauvaise nouvelle qui se profile à l’horizon pour la presse papier ? Alors que les grèves se succèdent, une autre annonce pourrait coûter plusieurs milliers de ventes par jour aux quotidiens nationaux, qui s’en passeraient sans doute bien.

Ce crash, les journaux pourraient le devoir à Air France. Comme le rappelait il y a un an tout juste Richar Sénéjoux sur Télérama.fr, la compagnie aérienne est en effet l’un des plus gros acheteurs de journaux du pays : « Selon l’OJD, qui certifie la diffusion des journaux, Air France pèse « de 15% à 20% » des ventes de la presse quotidienne nationale. Une paille. Ça permet aussi aux patrons de presse de plastronner devant les publicitaires. Plus les ventes d’un journal sont fortes, plus il pourra faire payer cher ses pages de pub. Là aussi, ça se chiffre en millions d’euros. Sans compter que ceux qui prennent l’avion sont particulièrement prisés des annonceurs pour leur fort pouvoir d’achat… »

Mais il y a quelques jours, la compagnie annonçait vouloir se mettre au numérique, expliquait Fabrice Gliszczynski sur La Tribune.fr. La compagnie estimant que 75% de ses clients sont équipés de smartphones et 40% de tablettes, a décidé de mettre à disposition des voyageurs des exemplaires numériques des journaux à télécharger le jour du vol. Une nouveauté qui sera mise en place dès le premier trimestre 2013.

Si la compagnie assure ne pas arrêter pour autant d’acheter des exemplaires papier des journaux, il y a de quoi donner quelques sueurs froides aux responsables de la diffusion des quotidiens français. La compagnie aérienne, comme tout le monde, cherche à faire des économies, et on l’imagine assez mal acheter à la fois des exemplaires papiers et des exemplaires numériques pendant très longtemps. Malgré les dénégations d’usages, on peut donc s’attendre à voir cette manne s’éteindre dans les années à venir. Et lorsque l’on regarde dans le détails la part que ces achats représentent dans les ventes des quotidiens nationaux, on voit que pour certains, cela pourrait faire mal, très mal.
Chaque jour, Air France achète par exemple 17 942 exemplaires de Libération, soit 14% des ventes au numéro du journal ! C’est aussi 12,5% de celles des Echos et 11,7% du Monde !

Reste à connaître le détail de cette décision de la compagnie aérienne. Si Air France achète chaque jour un contingent d’éditions numériques global, la casse pourrait être limitée. Mais si la compagnie décide de ne ne payer que les exemplaires effectivement téléchargés par ses clients, le scénario pourrait être beaucoup plus compliqué. Tous ceux qui prennent l’avion n’ont pas encore de smartphone ou de tablettes, et il y a une différence entre attraper un journal qui vous est mis sous yeux, à portée de la main, pendant que l’on fait la queue pour entrer dans un avion, et penser à le télécharger depuis la salle d’embarquement, avec des connexions payantes (une fois à bord et jusqu’au décollage, prière d’éteindre les téléphones et tablettes)...

Voir en ligne : http://www.erwanngaucher.com/

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0