Accueil > ACTU > Air France restructure son pôle régional

Air France restructure son pôle régional

vendredi 31 août 2012.

Globalement, le « pôle régional français », qui emploie 3 500 personnes, a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 800 millions d’euros et 160 millions de pertes.

 La compagnie va supprimer 88 postes de navigants en 2013 dans ses filiales régionales Brit Air et Regional.

Après la restructuration de la maison mère détaillée fin juin, la direction Air France dévoile à présent les répercussions du plan Transform 2015 sur son pôle régional français, formé par les trois compagnies Brit Air, Regional et Airlinair, qui ont perdu 160 millions d’euros en 2011. « Ce projet est annoncé deux mois après celui d’Air France, explique Lionel Guérin, le patron de Transavia, chargé par Alexandre de Juniac, le PDG de la compagnie tricolore, de réorganiser le pôle régional français. Il fallait d’abord redéfinir le futur réseau avant de le réorganiser. Aujourd’hui, nous rattrapons le retard. Nous allons continuer à consulter les comités d’entreprise et fin septembre nous préciserons les sureffectifs pour les personnels au sol.  »

Jeudi, leurs dirigeants ont présenté en comité d’entreprise les « sureffectifs » qui vont résulter de la mise en œuvre du plan en 2013 chez les personnels navigants (pilotes, hôtesses et stewards). Première mesure de cette réorganisation, Air France supprimera en 2013 sept appareils de la flotte en la portant à 86 avions. Les effectifs de navigants sont donc en surnombre.

 160 millions d’euros de pertes en 2011

En plus des départs naturels non remplacés, 64 postes de navigants seront supprimés, soit 5 hôtesses et stewards et 12 pilotes chez Brit Air sur un total de 587 navigants et 47 pilotes chez Regional sur un total de 409. En revanche, aucune suppression d’emplois chez Airlinair, l’entreprise fondée et dirigée par Lionel Guérin et dont il possède 60 % du capital. « Il n’y a pas de sureffectif chez Airlinair, précise-t-il, parce que nous conservons l’ensemble de la flotte composée de turbo-propulseurs exploités sur des lignes courtes avec une consommation en carburant inférieure de 40 % aux autres appareils. »

Globalement, le « pôle régional français », qui emploie 3 500 personnes, a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 800 millions d’euros et 160 millions de pertes, soit un tiers des pertes des vols court et moyen-courrier d’Air France. Or, l’objectif fixé par Alexandre de Juniac est de redevenir profitable fin 2014.

Pour y parvenir, ce pôle va se transformer en une nouvelle entreprise composée de trois divisions, chacune exploitant des appareils différents (Bombardier, ATR ou Embraer), qui vont s’appuyer sur des fonctions supports communes. Elles arboreront une marque unique, qui sera dévoilée en janvier prochain, en même temps que la nouvelle grille tarifaire et le nouveau programme de vols sur une centaine de routes.

L’activité de cette compagnie sera double : « Elle réalisera des vols affrétés pour le compte d’Air France et opérera pour son compte des liaisons domestiques qui correspondront aux besoins des régions avec une dimension d’aménagement du territoire », ajoute Lionel Guérin. À terme, Air France envisage d’ailleurs d’ouvrir le capital de la nouvelle compagnie régionale à un partenaire public ou parapublic. « Air France restera majoritaire mais cela permettra de financer les investissements dans la flotte, le marketing », ajoute le dirigeant.

Voir en ligne : Le Figaro.fr / Bourse

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0