Accueil > ACTU > Air Lib : Les responsabilités d’Ernest Antoine Seillière

Air Lib : Les responsabilités d’Ernest Antoine Seillière

samedi 8 février 2003.

S’il y a un responsable qui a échappé à toute responsabilité dans le dossier d’Air Lib, c’est bien le président du MEDEF  , Ernest-Antoine Seillière. Une immunité pour le moins surprenante. En effet, avant mars 2001, date du dépôt de bilan d’Air Liberté, devenu depuis Air Lib, le patron des patrons français était actionnaire à 50 % de la compagnie aérienne via sa holding Marine Wendel. Les 50 autres pour cent étaient détenus par la compagnie helvétique Swissair qui, depuis, a fait faillite, entraînant dans sa chute la compagnie belge Sabena.

L’alliance entre Swissair et Ernest-Antoine Seillière ne relevait pas du hasard. Pour contourner l’interdiction faite à une compagnie installée dans un pays hors de l’Union européenne (en l’occurrence la Suisse) de développer son activité dans les pays de la communauté, Swissair avait utilisé Marine Wendel pour exploiter Air Liberté. De fait, Ernest-Antoine Seillière s’est prêté à une pratique qu’on appelle le portage avant de décider, à l’instar de Swissair, de se désengager d’Air Liberté, et de provoquer son dépôt de bilan sans payer ses dettes, car on fera observer que ni Swissair ni Marine Wendel n’ont jamais honoré leurs dettes à l’égard d’Air Lib. Nous ne l’avons pas inventé. C’est ce qu’écrit un très officiel rapport réalisé par la très célèbre officine Ernst & Young pour le compte des autorités helvétiques qui enquêtent sur les conditions de la faillite de Swissair.

Voir en ligne : L’humanite.

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0