Accueil > ACTU > Des militants syndicaux en garde à vue : non à la répression syndicale

Des militants syndicaux en garde à vue : non à la répression syndicale

vendredi 27 mai 2005.

Face à la montée des mécontentements des salariés et des mobilisations, le gouvernement choisit la répression comme avec les lycéens.

La direction de La Poste vient de faire le choix de la répression brutale dans le conflit du centre de tri postal de Bordeaux.

Le personnel, inquiet de l’avenir du centre et des suppressions d’emplois programmées dans le cadre de la réorganisation et de la délocalisation du centre est en lutte depuis plusieurs mois.

Hier mercredi 25 mai, une nouvelle fois, le personnel a exigé l’ouverture de véritables négociations : une nouvelle fois, il s’est heurté à l’intransigeance de la Direction !

Face à ce mépris, le personnel décidait hier soir d’occuper le centre de tri.

Ce jeudi 26, la Direction de La Poste, en lien avec les pouvoirs publics, a fait évacuer le centre par la police et a procédé à l’arrestation de plusieurs militants syndicaux Sud et Cgt   : ils sont accusés d’enlèvement et séquestration !

Ils sont actuellement en garde à vue !

C’est inacceptable !

Une fois de plus, dans un conflit du travail, c’est la voie de la répression qui est préférée à celle des négociations !

L’Union Syndicale Solidaires   apporte sa totale solidarité aux postiers en lutte et aux militants syndicaux : elle exige leur libération immédiate, l’abandon de toute poursuite judiciaire et l’ouverture de véritables négociations.

Elle appelle l’ensemble de ses organisations à se mobiliser pour apporter soutien et solidarité aux postiers du centre de tri postal de Bordeaux.

Voir en ligne : Solidaires.org

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0