Accueil > ACTU > Syndicalistes français, vous n’êtes pas isolés, par Jane Carolan et Ian (...)

Syndicalistes français, vous n’êtes pas isolés, par Jane Carolan et Ian Davidson

mercredi 25 mai 2005.

Nous savons qu’en France certains prétendent que les syndicats français seraient les seuls, dans l’Union, à appeler à voter non. Nous avons entendu John Monks (président de la Confédération européenne des syndicats, CES) expliquer que son association soutenait la Constitution. Et, si la CES l’a approuvée, elle en a quand même critiqué nombre de ses aspects. Et sa direction a engagé derrière le oui les syndicats nationaux sans même leur demander leur avis !

En Grande-Bretagne, la Confédération nationale des syndicats (TUC) a refusé d’approuver la Constitution et s’est abstenue lors du vote de la CES. Cet exemple illustre le comportement des partisans du oui, qui tentent d’accréditer l’idée selon laquelle les partisans d’un non de gauche sont isolés. En vérité, nous ne sommes pas seuls.

Dans toute l’Europe, des militants syndicalistes et des socialistes de base s’accordent pour dire que la Constitution n’est pas satisfaisante et qu’une autre Europe est possible. Cette remarque s’applique particulièrement à la gauche française, dont s’inspire le travaillisme britannique. Nous avons mené une campagne législative victorieuse pour renvoyer un gouvernement travailliste au pouvoir. Nous allons pouvoir commencer notre campagne pour un non de gauche, que nous pensons pouvoir faire gagner lors de notre référendum, en 2006.

La direction d’Unison, premier syndicat britannique, recommandera à ses adhérents, lors de son congrès, de mener campagne pour le non. D’autres fédérations, notamment des transports et de l’alimentation, y participeront. Pendant la campagne référendaire, les syndicalistes seront rejoints par un important groupe de députés et des centaines d’élus du Parti travailliste. Ils représenteront les millions d’électeurs travaillistes qui souhaitent une Constitution non libérale. Notre campagne démontrera que le non en Grande-Bretagne n’est pas nécessairement synonyme d’euroscepticisme.

En tant que syndicalistes, nous nous soucions des effets négatifs que cette Constitution produira dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’emploi. Nous lui reprochons sa nature blairiste. Elle fait la part belle au marché et aux grandes entreprises, mais ne répond guère aux besoins des travailleurs, ne protège pas les services publics et ne permettra pas à l’Europe de jouer un rôle majeur dans la construction d’un monde de paix.

Nous refusons une Constitution dont la plupart des articles prescrivent des politiques libérales. Ce type de dispositions n’a rien à faire dans une Constitution. Les électeurs socialistes français qui voteront non le 29 mai le feront car ils ont conscience qu’il en va de l’intérêt du peuple français. En votant non, qu’ils sachent que ce choix et ces motivations sont partagés par de nombreux socialistes au Royaume-Uni et dans l’Europe entière.

par Jane Carolan et Ian Davidson

Jane Carolan est dirigeante d’Unison, le syndicat britannique de la fonction publique.

Ian Davidson est député travailliste du Royaume-Uni.

Voir en ligne : Le Monde

aller en haut de page

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0