Accueil > ACTU > LE FEU DANS LA MAISON

LE FEU DANS LA MAISON

jeudi 19 mai 2005.

article de Jean-Claude Guillebaud paru dans le Nouvel Obs. télé 14 au 20 mai 2005.

Quel qu’en soit le résultat, cette campagne pour le référendum aura d’ ores et déjà produit un séisme médiatique de très grande magnitude. Dans quelques mois, alors même qu’on ne parlera plus guère de l’Europe, ce séisme continuera d’être devant nous. On ferait bien de s’en aviser. Quand je dis « on », je pense aux responsables de chaînes, de stations de radio, de quotidiens ou d’hebdomadajres. Bref, à ces estimés confrères qui donnent parfois l’impression de ne pas réaliser ce qui nous arrive. On pensait à tout cela en regardant, le 1er mai dernier, une excellente livraison de rémission de Daniel Schneidermann, « Arrêt sur images ». Il recevait ce jour-là ce professeur de BTS marseillais, Etienne Chouard, devenu une célébrité après avoir créé sur internet un site de discussion (critique ) sur la Constitution.

Quand on parle de séisme, à quoi fait-on allusion ? A une évidence toute simple : les usagers n’ont plus confiance dans les institutions médiatiques traditionnelles, qu’il s’agisse de la presse écrite ou de l’audiovisuel.

C’est comme ça. Lassés des discours répétitifs et des éditorialistes
radoteurs, ils s’organisent tant bien que mal et se créent d’autres réseaux d’information et de débat. En d’autres termes, ils n’acceptent plus de subir l’hégémonie du « médiatique ». lls protestent, tempêtent, réclament des comptes ou- carrément -s’évadent de ce territoire trop exigu.

Les médias de service public sont les premiers à faire les frais de cette perte de confiance. Que l’on songe au nombre de coups de téléphone, de courriels ou de lettres qu’ont reçus les responsables du 7-9 de France Inter, accusés de mouliner une simple propagande en faveur du oui. Qu’on pense au succès de certaines initiatives protestataires comme celle de l’Observatoire des médias, créé dans la mouvance du « Monde diplomatique ».

Qu’on pense aussi aux piètres chiffres de vente de la presse quotidienne, victime du désamour des plus jeunes. Assurément, il se passe quelque chose.

Considérable ? Oh, oui ! Tandis que les « vieux » médias se répètent,
somnolent, s’enferrent souvent dans le conformisme, pour ne pas dire le
bourrage de crâne, une extraordinaire effervescence se manifeste chez ceux « d’en bas »,pourrait-on dire. Elle passe principalement par internet et par les divers réseaux associatifs. Le simple fait d’y aller voir donne le vertige, mais un bon vertige. Forums de discussion, blogs de toutes sortes, échanges permanents d¹informations et de documents, liens suggérés avec d’autres sources ou d’autres sites : sur cette planète virtuelle règnent une curiosité citoyenne et une exigence ravigotante. II arrive, certes, qu’on y soit imprécis ou incomplet, mais on y récuse la langue de bois sermonneuse et la « récitation » plan-plan qui font l’ordinaire du commentaire médiatique traditionnel.

Concernant la Constitution européenne, on n’y est pas -ou très rarement - dans l’incantation moralisante. On est pressé par l’envie d’aller vérifier tel texte ou tel contexte, de mettre tel ou telle disposition en perspective, de garder toutes les options ouvertes. II y a là un dynamisme du débat et une qualité du questionnement qui forcent l’attention. Par contraste, ce que produit jour après jour l’appareil médiatique officiel paraît dater d’un autre siècle et participer d’un très vieux monde. Sans verser dans la jobardise, on dira que dans ces espaces insaisissables s’accomplit ce qui ressemble à une réinvention de la démocratie. Que le non ou le oui l’emporte, il restera cette alarmante certitude : il y a bel et bien le feu dans la vieille maison médiatique.

Voir en ligne : Nouvel Obs

aller en haut de page
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0