Accueil >ACTU >Communiqués de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SYNDICAT SUD AERIEN AIR FRANCE

CCE Air France : une catastrophe annoncée !

lundi 11 janvier 2010, par Bureau national .


Le 11 janvier la commission financière du CCE a pris connaissance de l’audit qu’elle avait commandité auprès de la société INA pour l’analyse des comptes et de la gestion du CCE.

Les membres CFDT   et ex CGC de l’ancien bureau du CCE ont imposé leur présence à cette commission, alors qu’ils n’en font pas partie, démontrant ainsi leur « respect » des règles démocratiques alors que 11 commissaires sur 12 ont voté contre leur présence.

Pour SUD Aérien, les principales conclusions de l’audit étaient connues dans les grandes lignes : gestion catastrophique notamment au niveau de la comptabilité et de l’informatisation défaillante et particulièrement onéreuse mis en œuvre par un « directeur du CCE », cadre de l’Informatique issu d’AIR France !

SUD Aérien dénonce cette dérive depuis des années : ces syndicalistes ont non seulement abandonné tous les outils juridiques et légaux que permet le CCE pour contrôler a minima la politique sociale et économique de la direction ( Droit d’alerte, etc … ) mais ont aussi totalement oublié que la gestion des activités sociales et culturelles d’un CCE, ce n’est pas la gestion d’une entreprise commerciale mais la gestion d’une subvention à finalité non lucrative, dans l’intérêt des salariés.
Les salariés sont donc des usagers et non pas des « clients » !

Mais l’article du Figaro du 11 janvier assène un certain nombre d’âneries, entre autre un «  trou inexpliqué de 21 à 24 millions d’€ » … qui n’existe pas ! En fait, le même Figaro propose aujourd’hui un sondage à ses lecteurs : « Les CE touchent-ils trop d’argent ? »
On comprend mieux ainsi la campagne anti-syndicale qui se cache derrière l’article grossier et manipulateur du Figaro !

La situation actuelle est le produit de deux processus : le premier est conjoncturel, le deuxième et le plus important, est structurel.
En effet, l’audit le démontre, la gestion catastrophique de l’ancien bureau ( CFDT  , FO, CGC) n’a fait qu’accentuer une situation financière déjà difficile depuis des années qui est le produit direct de l’inversion des flux.

L’inversion des flux, il faut sans cesse le rappeler, est le fruit du principal syndicat de pilotes d’Air France ( SNPL   Alpa ) qui a tout mis en œuvre il y a plus de 10 ans pour remettre en cause aujourd’hui, après des années de procédures juridiques, le « pot commun » des subventions qui existait depuis 1954 chez Air France.

Ce pot commun était constitué de 3 % de la masse salariale totale de l’entreprise et était utilisé entre autres pour financer les activités dites centralisées du CCE, précisément les séjours vacances familiales et vacances jeunes.

Ce principe était solidaire puisque la masse salariale des pilotes était fondue dans la masse salariale de tous les salariés. Ce principe solidaire est remis en cause par le SNPL   Alpa qui dirige de fait le Comité d’établissement Opérations Aériennes ( CE.OA ) qui regroupe tous les Personnels navigants.

Aujourd’hui, ce CE récupère sa subvention issue de sa propre masse salariale et s’est quasi autonomisé vis-à-vis du CCE.

Résultat : le CCE subit un déficit chronique depuis 2005 soit près de 15 millions d’€, ainsi que le relève l’audit ! Ainsi, la gestion calamiteuse mise en œuvre par l’ex secrétaire CFDT   du CCE ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt :

Le « trou » dont parle la presse est bien le produit de l’inversion de flux !

Les véritables responsables de la situation financière du CCE, ce sont les dirigeants du SNPL   Alpa ! Depuis, un autre CE ( Commercial International ) a voté l’inversion des flux … à quand le prochain ?

Dans ce contexte, il est hallucinant de constater que l’alliance de la carpe et du lapin que constituent les syndicats qui prétendent « sauver le CCE » ont désigné comme secrétaire du CCE le secrétaire adjoint du CE.OA, qui est aussi un des principaux initiateurs de l’inversion des flux ! Ce dernier a annoncé la fin de ce mandat transitoire pour fin janvier !

Et après : le prochain bureau va t’il augmenter les tarifs des activités proposées aux salariés ? Va t’il les supprimer ? Va t’il vendre le patrimoine ? Les syndicats de l’alliance vont-ils faire pression auprès de la direction pour qu’elle augmente sa participation financière … ?

Les solutions existent, il y en a deux : un accord majoritaire entre tous les syndicats pour décider l’utilisation et la répartition de la subvention dans l’intérêt de TOUS les salariés d’Air France (art. L 2327-16 du code du travail) ou la création d’un CE unique permettant le traitement égalitaire de tous les salariés qu’il soit ou non PN.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Communiqués de presse

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0