Accueil >ACTU >Tracts nationaux

SAUVER LE CCE ? CHICHE !

mercredi 18 novembre 2009, par Bureau national .


En Juillet, nous avions écrit dans un tract « ... quand les rats quittent le navire », suite à la démission des élus FO du bureau du CCE. Ceux-ci avaient pourtant pris toute leur part avec la CFDT   et la CGC dans la gestion catastrophique des activités centralisées du CCE ( vacances ). Cette alliance syndicale avait dégommé le secrétaire CGT   en 2007, manœuvre que SUD Aérien avait dénoncé à l’époque ! Le 3 novembre, une alliance CGT  , FO et SNPL   AF Alpa ( 1er syndicat de pilotes ) débarque le secrétaire CFDT   du CCE, qui a beau jeu de dénoncer « le mariage de la carpe et du lapin » dans cette alliance. SUD Aérien pose une simple question : après ces exercices de tir au pigeon, les salariés de l’entreprise ne seraient-ils pas les dindons de la farce ? En effet, comment expliquer qu’un des principaux initiateurs de « l’inversion des flux », le secrétaire adjoint du CE Opérations Aériennes ( SNPL   AF Alpa ), se retrouve secrétaire du CCE ???????

Comment sommes-nous arrivés à cette situation ?

Il faut le répéter encore et encore, certaines organisations syndicales portent une responsabilité majeure dans cette mise en danger de l’avenir du CCE :

L’inversion des flux : Il y dix ans, le principal syndicat de pilotes - le SNPL   - rompt le pacte de solidarité qui existait entre syndicats sol et navigants depuis 50 ans !

On appelait « pot commun » la subvention globalisée ( 3% de la masse salariale totale ), subvention solidaire puisque les navigants représentent aujourd’hui environ 50 % de la masse salariale totale AF pour environ 35 % des effectifs.

Ce «  pot commun » permettait donc à tous les agents AF de bénéficier des activités dites centralisées du CCE ( vacances familiales, jeunes ) avec des tarifs dégressifs.
Le CE.Opérations Aériennes s’est donc quasiment autonomisé puisqu’il reçoit désormais sa subvention directement sur la base de sa propre masse salariale. Même si le CE.OA en reverse une partie au CCE, ces syndicalistes ont consciemment mis en danger l’équilibre financier du CCE !

Les conséquences sont évidentes. Depuis, un autre CE (Commercial International) a décidé de l’« inversion des flux », et le risque est que les 6 autres CE restants agissent de même ... sauf que certains CE sont à un haut ratio de subvention par salarié ( Masse salariale divisée par effectifs ) et d’autres le sont beaucoup moins, ce qui signifie à terme une inégalité de traitement pour les agents en fonction des CE de rattachement ... et la disparition des activités centralisées du CCE.

Pouvions nous empêcher cette dérive anti-solidaire, corporatiste et égoïste ?

Yes, nous aurions pu ! En effet, en 2006 le Code du travail a été modifié et permet désormais à un accord syndical majoritaire de décider du mode de calcul et de répartition de la subvention globale entre CCE et CE. En février 2007, TOUS les syndicats Personnels sol se mettent d’accord pour s’appuyer sur cette nouvelle rédaction de la législation, permettant d’annuler l’inversion des flux imposée par le SNPL  . Puis ... c’est la volée de moineaux, cette décision n’aura aucune suite !!

Qu’a fait le précédent bureau CFDT  , FO et CGC ?

Après avoir viré la CGT   du bureau du CCE, cette alliance a décidé de gérer le CCE comme une PME commerciale de services et de désigner à cet effet un « directeur du CCE », cadre détaché d’Air France. Pourtant, un CCE ou un CE doit être toute autre chose : un ensemble d’activités sociales et culturelles à destination des salariés, actifs et retraités, à finalité non lucrative et financées par un salaire différé de ces mêmes salariés, qui ne sont donc pas des « clients » mais des « usagers » ! ... Par ailleurs, faut-il rappeler le fiasco de la dernière campagne d’inscription pour les résa. informatisées Vacances Panoram@ ... et la baisse de fréquentation des séjours vacances familiales et jeunes, entre autres !
Ce bureau du CCE avait mis en place le projet Optim, consistant à appliquer la gestion prévisionnelle des suppressions d’emplois (GPEC ) au CCE, ces mêmes syndicats l’ayant approuvé pour les salariés d’Air France !

Que faire pour sauver le CCE ?

La commission financière du CCE à laquelle participe SUD Aérien, a imposé en septembre un audit financier du CCE. Le Commissaire chargé de l’examen des comptes du CCE a déclenché dans la foulée une alerte : en effet, la direction d’Air France n’a pas confirmé l’avance sur trésorerie promise de 10 millions d’€, dont se prévalait le secrétaire CFDT   du CCE ... ! La nouvelle alliance CGT  , FO et Alpa, soutenus par la CGC, la CFTC, l’UNSA  , déclare dans un tract commun que « toutes les organisations syndicales » promettent de « sauver le CCE ». Bien ... mais de quelle façon ???

Aujourd’hui, nous avons un CCE dirigé par le SNPL   et maintenu en respiration artificielle par la direction ( avance sur trésorerie ). Une seule issue pour sortir de ce piège et régler les problèmes financiers structurels du CCE :

  • Revenir sur l’inversion des flux, ce qui est légalement possible par une décision majoritaire des syndicats ...

... SAUVER LE CCE ? CHICHE !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0