Accueil >ACTU >Tracts nationaux

SALAIRES : UNE SIMPLE PROVOCATION !

Grosse augmentation ... de 6 à 12 euros brut en octobre ?

lundi 30 mars 2009, par Bureau national .


La première réunion de négociations qui s’est tenue vendredi 27 mars donne le ton :

La Direction propose en tout et pour tout + 0.4% d’augmentation générale des salaires en octobre 2009 ... si elle obtient une signature des syndicats sur son accord. Si pas de signature, + 0.3% d’augmentation lorsque l’inflation relevée par l’INSEE aura dépassé les 1% ... et aucune augmentation de PUA [1] !

La prochaine réunion est prévue le 1er ... pardon, le 2 avril !

La direction considère - à tort - que nous aurions « une avance » de + 1% d’augmentation des salaires grâce à ce qui avait été obtenu en 2008.

Nous rappelons ( voir notre tract précédent ) qu’avec la forte augmentation des matières premières et du pétrole au cours de 2008, nous avons au contraire perdu du pouvoir d’achat en 2008.

Comme d’habitude, la Direction s’appuie sur « la crise » et l’annonce anticipée des résultats pour tenter de faire passer la pilule. Rappelons que les prévisions INSEE de l’inflation pour 2009 sont estimées à une moyenne de 0.7% et dépassant largement les 1% fin décembre.

Innovation consternante : la Direction s’appuie sur l’accord de l’année antérieure pour justifier un quasi-blocage des salaires pour cette année ! Rappelons aussi que de 1993 à 1997, il n’y a eu aucune augmentation des salaires, et les agents ont perdu 7% de pouvoir d’achat au cours de cette période : ce retard n’a jamais été rattrapé !
Aujourd’hui, ce que la Direction n’a jamais voulu faire dans un sens ( rattrapage des pertes sur le pouvoir d’achat ), elle veut l’imposer dans l’autre ( elle considère qu’un surplus a été versé aux agents en 2008 ... et donc « ceinture »pour 2009 )

Nous revendiquons pour le PS et le PNC   300€ de rattrapage des pertes de pouvoir d’achat subies ces dernières années. Le coût annuel total ? Moins de 420 millions d’euros. Air France a largement les moyens de rémunérer correctement notre travail.

Et n’oublions pas que, l’indice INSEE n’a qu’un lointain rapport avec le coût de la vie.


La presse s’est faite l’écho des déclarations de P.H. Gourgeon lors du Conseil d’Administration du 26 mars, annonçant une perte de 200 millions sur l’exercice pour AF/KLM. Quels sont les chiffres dont nous disposons à fin février (11 mois sur 12 de l’exercice 2008 ) ?

1/ Le trafic sur les 11 premiers mois :

Le groupe Air France a réalisé un PKT   (passager kilomètre transporté ) de 121887 millions soit 0.9% de plus que l’année précédente.... Et le groupe AF/KLM 192822 millions contre 189547 millions l’année précédente, soit 1.7% de plus .....Le PKT   est le meilleur indicateur de l’activité puisque c’est celui qui indique le trafic réalisé. En combinant passagers et distance.

Le Fret a une baisse plus sensible sur la même période : 5236 millions de tonnes pour AF soit 10.5 % de moins et 9841 millions de tonnes pour AF/KLM soit 5.2% de moins ! ( Flash Actu du 10 mars 2009 ).

Ces résultats sont à rapprocher des progressions des années antérieures :

Entre 2002/2003 et 2007/2008 pour le groupe Air France + 32% de progression du PKT   et près de 15% pour le TKT ( Tonnes Kilomètres Transportées ) avec un chiffre d’affaires (l’ensemble des recettes) en augmentation de + 29 %. Dans la même période, l’effectif n’a lui augmenté que de + 2.9 %, « grâce » à la perte de près de 1300 postes personnel au sol au sein de la compagnie Air France.

Par ailleurs, Depuis un an, AF/KLM profite de la crise pour prendre des parts de marché et « consolider » le secteur : rien que ces derniers mois, prise de contrôle d’Alitalia et de Martinair, positionnement pour le rachat de la compagnie tchèque CSA.

2/ Les résultats

Au niveau des résultats, le chiffre d’affaires du groupe Air France était pour les trois premiers trimestres 2008 en progression de + 2.5% à 12.71 milliards d’euros....Donc malgré la crise, les neuf premiers mois marquait une augmentation. Si les 200 millions de perte sur les résultats d’exploitation (la différence entre le chiffre d’affaires et l’ensemble des coûts) se confirment, ils ne viendront pas d’une baisse d’activité, mais surtout d’une mécanique due au prix du kérosène : Le haut niveau du prix du pétrole d’avril à juillet 2008 était compensé par les couvertures et la surcharge carburant payés par les pax  . Mais, à partir d’août/septembre, l’effet a été inverse :

les surcharges pax   ont dû être levées et les engagements des couvertures ( sorte d’assurance d’AF sur le prix du pétrole ) devenaient largement supérieures au prix du marché ... En fait, Air France a payé son fort taux de couvertures après en avoir largement bénéficié les trois années précédentes !

Va peser aussi sur le résultat net (le bénéfice final) le « débouclage » des couvertures : Air France vient de revendre ses engagements sur le kérosène ( qui avait été acheté à des niveaux de 80 à 100 $ le baril). Cela va apparaître dans les comptes à hauteur de 3 à 500 millions d’euros....Mais cela aussi, c’est un effet conjoncturel qui va être largement compensé par le pétrole pas cher des mois à venir....Et 200 millions d’euros, c’est bien peu de choses quand on sait qu’AF/KLM dispose toujours d’une trésorerie de 3.5 à 4 milliards d’euros et peut sortir cash des centaines de millions pour prendre le contrôle d’autres compagnies. Parallèlement, AF/KLM a lancé, d’après la presse, un appel d’offres de 15.5 milliards d’euros pour l’achat d’une centaine de long-courriers.
Donc AF et AF/KLM se sortent très bien de cette crise, et comptent bien l’utiliser au maximum comme AF l’a fait en 2001 pour se renforcer, tout comme Lufthansa essaie de le faire.

Par contre, la Direction compte bien mettre un coup de barre sur la masse salariale, à travers les suppressions d’emplois et le blocage des salaires !

AF a supprimé 2000 salariés au sol (incluant les intérimaires) entre mars 2008 et mars 2009, soit une perte de 3.5 %. Il s’agit clairement de gains de productivité et non pas de baisse de l’activité puisque dans le même temps le PN a progressé de 600 agents (gain de 3 % ). Le désormais classique discours officiel sur la « défense de l’emploi » (repris en chœur par beaucoup -trop - de syndicats ) apparaît comme de la poudre aux yeux.

En fait, Air France compte bien bloquer les salaires ET continuer à baisser les effectifs !

Notes

[1Prime Uniforme Annuelle

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0