Accueil >ACTU >Communiqués de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE SUD AERIEN AIR FRANCE

Air France doit cesser immédiatement d’accepter des passagers expulsés à bord de ses avions !

mercredi 11 juillet 2007, par Bureau national .


SUD Aérien est, avec l’Union locale CGT   de Roissy Charles de Gaulle, à l’initiative de la conférence de presse qui se tiendra le jeudi 12 juillet à 11 H au Carrousel du Louvre, où se déroulera la traditionnelle assemblée générale des actionnaires du groupe Air France.

Nous entendons protester, aux côtés d’associations et de témoins passagers de vols d’Air France, contre les expulsions d’étrangers à bord des avions d’Air France et des violences trop souvent perpétrées contre ces personnes expulsées par les forces de l’ordre chargées de les « accompagner ».

Les équipages de la compagnie se trouvent souvent dans une situation psychologique d’écœurement, avec un sentiment d’impuissance face à ce qui se déroule sous leurs yeux et de nombreux passagers expriment régulièrement leur indignation.

Face à ces atteintes régulières aux droits de l’homme, conséquence d’une politique étatique qui ne fait que se durcir avec le temps, nous demandons à la direction d’Air France et à son président de :

  • Ne plus accepter aucun passager expulsé à bord des avions de la compagnie,
  • D’arrêter toute poursuite de passagers protestataires devant les tribunaux pour entrave au bon déroulement des vols.

Air France ne peut plus se réfugier derrière l’argument de l’Etat comme actionnaire majoritaire puisque ce n’est plus le cas, de même qu’Air France ne peut se réfugier derrière l’argument fallacieux d’avoir à respecter des « décisions de justice » ... à quel titre et en fonction de quelle obligation Air France serait obligé d’exécuter ces basses œuvres ?

La position de SUD Aérien est motivée d’abord et avant tout par le respect des droits humains, la condamnation d’une politique étatique injuste et démagogique à l’encontre des étrangers vivant en France, souvent depuis de longues années, politique justement dénoncée, avec RESF, par une forte mobilisation citoyenne autour de parents d’élèves solidaires   d’enfants scolarisés expulsés.

SUD Aérien ne motive donc pas sa position par la seule atteinte à l’image de marque de la compagnie générée par les expulsions forcées.
En ce sens, nous avons voté, lors du CCE du 5 juillet, contre des « vœux aux actionnaires », qui ne se situaient que sur ce terrain et qui par ailleurs accordent un satisfecit à la Direction pour sa politique salariale, ce que nous n’approuvons en aucun cas.

2 Messages

  • Chers camarades,

    Vous n’êtes pas sans savoir que la formulation des « vœux du CCE aux actionnaires » fait toujours l’objet d’un savant compromis entre les organisations syndicales, chacun voulant y inscrire sa sensibilité.

    Ce texte n’est ni un « communiqué Sud », ni un « communiqué CGT   ».

    Il se trouve qu’un seul point faisait réellement l’unanimité et c’est le texte sur les expulsions (proposé par la CGT  ) tel qu’il est rédigé.

    Je n’aurais pas non plus l’audace de vous faire la leçon sur les objectifs essentiels et les objectifs subalternes.

    Les résultats sont là et l’explosion médiatique mondiale consécutive à l’unanimité sur le texte nous ouvre de larges boulevards pour notre combat commun pour les droits de l’homme.

    La presse ne s’y trompe pas qui vous associe d’office au texte.

    Et la CGT  , unitaire ne fait pas de démenti sur ce point.

    Paris vaut bien une messe.

    Bien à vous.

    Yvon Touil, RS CCE CCGT

    • Cher camarade,

      Que tu n’ais pas clamé publiquement que SUD Aérien n’avait pas voté les voeux aux actionnaires lors du dernier CCE, c’est dommage ... En effet, pour ce qui nous concerne à SUD Aérien, nous avons publiquement dit qu’en aucun cas nous n’aurions voté ce texte qui ne fait aucunement référence à l’atteinte aux droits de l’homme - il est vrai que de jouer la carte corporatiste de « l’image de marque » c’est plus confortable politiquement !

      Par ailleurs féliciter, comme le fait ce texte, la direction sur sa politique salariale qui « partage les richesses » entre les dividendes octroyées aux actionnaires et les rémunérations accordées aux personnels « notamment » grâce à la participation et l’intéressement ( ??? ) rend à nos yeux incompréhensible le vote favorable de la CGT  . Evidemment, l’argument que tu nous opposes est celui de « l’objectif prioritaire » sur celui de « l’objectif subalterne » : en clair, le vote CGT   pour valider la politique salariale de la direction se justifie parce que le même texte demande à la
      direction d’arrêter les expulsions : quelle abnégation, camarade ... mais nous n’y croyons pas, tout simplement !

      De plus, la quasi totalité des média ont confondu le tract intersyndical qui leur a été adressé - et qui est explicite, lui - avec les voeux aux actionnaires qui est une daube !

      Conclusion : citons Tacite, plus que jamais évitons tant que faire se peut « ruerunt servitudinem » ( ils se ruèrent vers l’esclavage ! )

      Salutations syndicalistes,

      Pierre Contesenne,

      Bureau National SUD Aérien

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Communiqués de presse

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0