Accueil >Sections >Informatique Air France

Nord-Sud N°6

SOUS-TRAITANCE à tous les étages à la DGSI
1 emploi sur 2 est aujourd’hui concerné ?

jeudi 21 décembre 2006, par SUD Aérien Informatique .


Aujourd’hui , nous venons d’obtenir plus d’information sur la sous-traitance. Lors de la commission économie et production du 12 octobre dernier, nous avons enfin obtenu les informations que nous demandions. La présentation fait état d’une situation qui dépasse nos estimations et les chiffres vont à l’encontre des idées reçues..

  • 1 emploi sur 2 est actuellement sous-traité. Ce qui représente par exemple 4650 mois/hommes à DSA soit l’équivalent de 500 emplois.
  • Le « service aux clients » n’est pas de meilleur qualité, dans de nombreux cas, il se dégrade.
  • Les projets sous-traités sont plus coûteux que prévu.
  • Avec l’arrivée des « prestations par intégration », l’externalisation complète d’applications voit le jour. Les secteurs RH et Finances sont à la pointe de ces nouvelles pratiques de démantèlement.

 La DGSI   pourrait créer 500 Emplois !

Le plan Latitude est un prétexte et révèle sa vraie nature de plan de démantèlement industriel.

En observant l’évolution des emplois sur les 4 dernières années, on constate que la croissance d’activité DSA bénéficie aux SSII (tracé en pointillés).

evolution effectif DSA-S/T

Fin Août 2006, la direction annonçait les prolongations du Plan industriel en laissant entendre que l’objectif de 33 % de sous-traitance annoncé en 2005 passerait à 43 % de l’activité DGSI  . Aujourd’hui, en décembre 2006, les activités de sous-traitance représente une charge de 4730 mois/hommes soit l’équivalent de plus de 500 emplois Equivalents Plein Temps (EQPT). Malgré l’évolution du carnet de commande de DSA en 2006 (+4,9%, 445 mois/homme),En Octobre 2006 le chiffre présenté au CE est passé à 49,6% ! D’autre part, contrairement à ce qui est annoncé par le DG, tous les domaines sont impactés. Les activités sous-traités ne se limitent pas aux cas d’indifférenciation telles que les applications du domaine RH et Economie et Finance avec 1428 m/h, où le taux de prestations extérieures (Tpe) pèse 70 %. Autre facteur bénéfique pour le transfert vers la sous-traitance, la migration d’activités d’un site vers un autre. La colorisation LATITUDE est un bon alibi.

Les transferts d’applications d’un site vers un autre s’accompagnent de leur passage en sous-traitance. Ainsi, la multiplication de transferts de produits entre sites revient à sortir des emplois du giron de la DGSI  .

Bilan DSA : La mobilité accélère la suppression d’emplois internes. (tracé en trait plein).

 Aujourd’hui La sous-traitance est une pratique généralisée à DSA.

L’analyse de la répartition des emplois DSA par Agence réserve des surprises et met en évidence 2 phénomènes.

effectif int/ext par agence DSA

Premièrement, l’emploi est une variable flottante et les salariés sont une variable d’ajustement parmi d’autres. Nous sommes des ressources flottantes entre deux eaux. Le graphique ci-dessous représente chaque agence sous la forme d’un glaçon. Nous révélons la partie immergée de l’iceberg des emplois. En surface (histogramme en foncé), nous avons représenté les emplois internes AF. Avec l’histogramme en clair sur le graphique, nous mettons en évidence la partie habituellement cachée. Se sont les emplois externes.

Deuxième surprise, toutes les agences sont touchées par ce phénomène. Ainsi, les agences ne sont pas à l’abri du démantèlement de leur activité même quand elles couvrent les métiers spécifiques à l’industrie du transport et du tourisme. La phase préalable à ces opérations de mécano industriel s’accompagne du renforcement d’activités externes. Par exemple, l’agence DIIC recouvre notamment l’ensemble du domaine commercial distribution. Son taux de prestation extérieure (tpe) se situe aux alentours de 45%, ce qui représente 810m/h ou 80 emplois à plein temps.

Il s’avère également que les activités qui ont été colorisées DGSI   Air France ne sont pas mieux loties. Ainsi, l’agence opérations aériennes DI.IA compte un Tpe très élevé 55% ce qui représente une capacité de 497 m/h ou 50 emplois à plein temps. Enfin, dans ce TOP 10 de la précarité, l’agence DI.IV industrielle et ressources humaines monte sur la première marche du podium du TPE avec 72% ou 80 emplois à plein temps sous-traités.

Tandis que le secteur des technologies de l’information tire les créations d’emplois et que le carnet de commande s’accroît, la DGSI   d’Air France s’entête à supprimer 70 postes. Les recrutements se font avec parcimonie et les filtres sont nombreux pour les nouveaux diplômés, d’autant que la DGSI   d’Air France les regarde de haut. Parmi plus de 200 CV reçus seules 8 candidats seront admis comme apprentis. Conséquence, le plan d’embauche stagne. A DSA, ce sont 14 embauches pour 34 prévues en 2006 qui ont été réalisées. Les portes de l’informatique d’Air France ne s’ouvrent pas plus aux salariés des autres directions d’Air France qui souhaiteraient se réorienter. Le passage des projets à des prestataires extérieurs est l’alibi tout trouvé pour accroître la situation de dépendance du système d’information vis à vis de l’extérieur. Le constat est rude pour les jeunes, rude pour les informaticiens AF et rude pour les salariés en mobilité. Quand on sait que l’informatique apporte des gains de productivité très importants et multiplie les suppressions de postes dans toutes les directions d’Air France.

A DPI, la plus grande partie des investissements concernent le projet de fermeture du site de Vilgénis (PRADEMTO). Le montant des prestations externes à DPI est porté à +48% en 1 an. Parmi lesquels 40 % est consacré à PRADEMTO. Cela se traduit par une croissance de 25 % des activités sous-traitées. Les emplois internes restent figés.

Le PRADEMTO n’est pas la nouvelle console de jeu japonaise qui sortira de la hotte du père Noêl, mais l’acronyme de trois projets de DPI. Ouvrez vos oreilles quand vous entendrez « paix-air-ah ! » PRA, Cette exclamation béate sortira de la bouche de nos directeurs en charge du plan de reprise d’activité. Un site miroir à chacun des sites de province permettra d’assurer la continuité de l’exploitation en cas de sinistre important sur le site maître. DEM signifie « Des’m » comme « des ménagements » pour les salariés soumis au stress de la mobilité ou à ceux chargés de migrer les logiciels et les applications. Lors du projet de migration de la Production de Massy Vilgénis vers la province, une grande partie des configurations machines restent en place. Les sites hôtes acquièrent du matériel neuf. TO évoque « l’avenir appartient à celui qui... » assure la Transition Organisationnelle (TO).

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Informatique Air France
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0