Accueil >ACTU >Tracts nationaux

PRIVATISATION : entre un Président qui se contredit et un ministre qui fait des « lapsus »...

mercredi 20 novembre 2002, par Bureau national .


Le 12 novembre, une délégation intersyndicale ( CGT  , FO, SUD Aérien, CFDT  , SNMSAC, CFTC, Alter ) a été reçue par le Directeur adjoint du cabinet du ministre F. Mer, au ministère des finances à Bercy. La seule information importante communiquée est le calendrier de privatisation :

Une loi de privatisation est à l’étude au Conseil d’Etat, notamment dans sa dimension « échange salaires/actions », et sera avalisée par le Conseil de ministres en décembre 2002 pour être présenté à l’assemblée nationale au cours du premier trimestre 2003 !


Que nous a dit le ministère ?

« On ne vend pas AF pour réduire le déficit budgétaire de l’Etat, même si nous avons besoin d’argent, nous envisageons 8 milliards d’Euros de recettes en 2003 liées aux privatisations qui serviront pour recapitaliser des entreprises en difficulté comme les Charbonnages de France ou France Telecom … »
« la privatisation permettra à AF d’être mieux à même d’évoluer et de consolider son rôle directeur au sein du transport aérien européen »
« l’Etat restera dans le capital d’AF à hauteur de 20 % »
« Il n’a jamais été question d’un Décret mais bien d’une loi, il s’agit d’un lapsus du ministre F. Mer au même titre que l’annonce à la presse que ce décret était à l’étude au Conseil d’Etat »
« Nous allons étudier l ’amélioration des représentants salariés au Conseil d’administration d’AF et proposer l’échange salaires/actions pour tous les salariés »
« Le délai de deux ans pour glisser les personnels du statut AF vers la Convention collective Nationale du transport aérien privé peut être réduite à quelques mois si on trouve un accord entre partenaires sociaux »
« Nous allons utiliser deux outils démocratiques : le dialogue social et la loi. AF est une entreprise avec un dialogue social intense »

Au delà du fait que le directeur de cabinet. du ministre F. Mer ne maîtrise pas vraiment le dossier AF, le ministère n’a donc pas grand chose à nous dire, si ce n’est de jouer de la flûte comme la direction d’AF sur la nécessaire privatisation … sans convaincre qui que ce soit puisque le principal argument avancé par le président Spinetta est le soi-disant nécessaire échange capitalistique entre Cie … qui il y a quelques mois n’était pas considéré comme primordial ; quant au ministère, il faut privatiser parce que « c’est mieux … ! »

… nous n’avons aucune confiance dans leurs propos !
Le 26 novembre, mobilisation générale …
des salariés d’Air France, de la SNCF, de La Poste, de France Télécom, des hôpitaux, de l’enseignement, des Autoroutes du Sud de la France …
contre les privatisations !


Le 3 octobre, à l’appel de l’intersyndicale AF, 5000 agents ont manifesté contre la privatisation. L’intersyndicale avait appelé cette journée parce que nous sommes confrontés à une position dogmatique du gouvernement sur les questions des à privatisations et des services publics. Aussi, en se mobilisant avec les secteurs concernés par les mêmes attaques, nous sommes plus forts pour faire reculer le gouvernement sur la privatisation d’Air France.
Depuis quelques semaines, même si la presse et les dirigeants des confédérations syndicales n’en parlent guère, le climat change sur les questions des services publics.
Le 26 novembre, les cheminots ont pris l’initiative d’un appel intersyndical ( CGT  , FO, CFDT  , autonomes, SUD Rail ..) . Sans aucun appel des grandes confédérations syndicales, de nombreuses intersyndicales ont eux aussi choisi cette date pour de multiples appels à la grève et à manifestation : les Postiers à l’appel d’une intersyndicale ( CGT  , FO, SUD La Poste ) ; France Telecom ( CGT  , FO, SUD Telecom) ; Les autoroutes du Sud de la France ( SUD ) ; les enseignants d’île de France ( FSU  , SUD Education … ) ; les impôts ( FDSU, SNUI, CGT  , FO …), l’Assistance publique de Paris ; plusieurs régions EDF ; des syndicats des collectivités territoriales …

Beaucoup d’agents de la Cie se disent « On ne peut rien contre la privatisation, cela nous dépasse ... On a déjà fait grève plusieurs fois, c’est difficile … » !
Nous leur disons : il est possible de faire reculer un gouvernement sur des mesures néfastes. Et heureusement, autrement nous serions privatisés depuis 1993 … et nous aurions perdus nombre de nos acquis. En 1995, le gouvernement Juppé avait dû reculer sur son plan de réforme de la Sécu

et des retraites. Dans les années suivantes, les enseignants, les agents des impôts ont su bloquer des attaques et amener leurs ministres à démissionner.
La question n’est pas de convaincre le gouvernement qu’il ne faut pas privatiser Air France. La question est de l’empêcher de le faire, de l’obliger à annuler son projet. Cela ne se fait pas évidemment en un jour … ni au dernier moment, mais c’est possible ! C’est pour cela que nous vous appelons à nouveau à la grève le 26, pour manifester aux côtés de salariés qui veulent eux aussi bloquer les choix du gouvernement concernant les entreprises publiques
pour Air France, France Télécom et EDF le refus des privatisations avec toutes les conséquences pour les statuts, les dangers de filialisations, de suppressions d’activité :
pour la SNCF et la Poste, le refus du dépeçage du service public, où les activités les plus rentables seraient livrés à la concurrence, détruisant entièrement l’équilibre et un accès égalitaire pour les usagers.
pour les impôts et les enseignants, les suppressions de milliers d’emplois et pour la Santé le manque criant d’infirmières et de moyens de fonctionnement dans les hôpitaux.

Manifestation nationale mardi 26 novembre
Paris:Départ place Denfert Rochereau
Toulouse:Départ place du Capitole à 10 H 30.

Pour ceux et celles qui souhaitent manifester :
GREVE DE 3 H 20 A 24 H !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0