Accueil >ACTU >Tracts nationaux

Banlieues, jeunesse, misère sociale...
les vrais urgences !

lundi 21 novembre 2005, par Bureau national .


« je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère »
Victor Hugo, « Discours sur la misère » à l’Assemblée Nationale, 9 juillet 1849

Avec le recul, évitons de suite toute polémique non constructive : oui, nous considérons que la violence destructrice de biens publics ou privés n’est pas - a priori - la bonne réponse quelle qu’en soit la cause ( désespoir, colère, etc ...) ; oui, la délinquance existe ... elle existe depuis toujours dans toutes les communautés humaines et dans tous les milieux sociaux (parfois jusqu’au sommet de l’Etat...) sous des formes évidemment différentes !

Une fois posées ces évidences, nous aident-elles à mieux comprendre ce qui vient de se passer dans nos banlieues ? Les âneries débitées dans certains média et par beaucoup d’hommes politiques nous sont-elles d’un plus grand secours ?

La réponse gouvernementale à la crise sociale est-elle pertinente ? NON, NON et NON !

Partout et de tous temps, la réponse des pouvoirs aux crises sociales par le seul levier de la répression s’est toujours traduite par : a) une totale inefficacité pour résoudre les vrais problèmes posés par ces crises ; b) une mise sous le boisseau des libertés individuelles et collectives en général chèrement acquises grâce aux combats menés par les générations précédentes !

Le problème posé par les récentes « émeutes urbaines » n’est pas un pur problème de « délinquance » ni de « communautarisme ethnique », mais de misère sociale !

L’idéologie ultra libérale et le capitalisme sauvage qui dominent toujours plus le monde est la cause d’un avenir de plus en plus incertain pour les jeunes générations, y compris au sein des pays les plus riches de la planète !

 Dans le monde, la misère sociale progresse chez les jeunes ...

Dans le monde 200 millions de jeunes vivent dans la pauvreté, selon le dernier rapport de l’ONU sur la jeunesse. Le rapport de l’ONU précise que les politiques de la plupart des pays envers la jeunesse précaire ou dans la misère sociale sont motivées par des conceptions caricaturales, dont jeunesse = drogue = délinquance = violence !

Cette politique ne caractérise pas uniquement les seuls pays pauvres ou régimes autoritaires et autres dictateurs ... mais y compris la politique du gouvernement français !

 ... en France aussi !

Ainsi, la Seine Saint Denis ( 93 ), département dont M. Sarkozy voulait nettoyer au « Kärcher » certains quartiers, compte 1 400 000 habitants, or :

  • 250 000 personnes vivent au dessous du seuil de pauvreté, soit 18 % de la population. du 93. Les jeunes de moins de 20 ans constituent 28 % de cette population pauvre !
  • Plus de 120 000 demandeurs d’emplois, soit 17 % de la population active. Dans certains quartiers, le taux de chômage des jeunes peut atteindre 50 % !!
  • 44 000 personnes touchent le Revenu Minimum d’Insertion ( RMI : 389 € par mois pour une personne seule ), soit Plus de 6% de la population du département !
  • 12 % de cette population est considérée comme mal-logée ou SDF !

 Salariés et parents, nous sommes aussi concernés !

La précarisation et le glissement social vers la pauvreté ne touchent pas seulement les « quartiers difficiles », comme disent les média, mais y compris les enfants des classes populaires et moyennes, pour qui le fameux « ascenseur social » risque de rester en rade au rez de chaussé, 2 exemples parmi d’autres :

  • Sur les 500 000 stagiaires en France, seuls 10 % sont rémunérés : youpie pour les patrons qui bénéficient de jeunes souvent motivés et qui travaillent ... à l’œil !!

*- Le nouveau Contrat de Professionnalisation ( CP ), ultime « machin » gouvernemental pour les jeunes sans certification professionnelle, est un bide ! Le gouvernement avait annoncé 180 000 CP pour 2005, or seulement 34 443 CP ont été signés pour les 8 premiers mois 2005 ! De plus, il ne s’agit pas de formation réellement qualifiante !

 Quelles sont les réponses gouvernementales et patronales ?

  • Après avoir « mis le feu » suite à ses déclarations irresponsables, le Ministre Sarkozy à la recherche éperdue des voix du Front National et le gouvernement Villepin nous imposent un « Etat d’urgence » pour 3 mois ... totalement injustifié !
  • L’apprentissage à partir de 14 ans ... et pourquoi pas 12 ans, voire moins comme au 19e siècle ?
  • Entre autres, un porte parole du gouvernement qui affirme sans rire que la loi sur la fiscalisation, qui va profiter essentiellement aux plus riches, « va bénéficier aux cités difficiles ». En fait, la seule réponse c’est : Répression + langue de bois du Président à la télé + démagogie sécuritaire !
  • Le MEDEF   ( Patronat ) considère cette crise sociale comme « un avertissement à entendre » ( L. Parisot, Comité exécutif du MEDEF14/11 ) ... et propose comme solution « un processus de rupture du contrat de travail qui ne soit pas perçu comme traumatisant ». En clair, cela signifie abolir le Contrat de Travail Indéterminé !

La réponse du gouvernement et Medef   : continuer une politique anti-sociale qui génère toujours plus de précarité et de pauvreté ! N’est-ce pas une réponse « violente » ?

 Dans le Tranport aérien, violence contre les salariés ...

  • ...lorsque les salariés de Connecting Bag Service à Roissy, qui travaillent pour Air France, sont en grève pour protester conte l’emploi systématique de 40% à 50 % de l’effectif en intérimaires ; qu’ils sont réquisitionnés grâce à une loi de ...1959 ; que les gendarmes du transport aérien convoquent les grévistes pour les obliger à signer des PV pré-rédigés, sous la menace d’un retrait de badge...
  • ... Lorsque par des méthodes de voyous, la direction de Servair, filiale à 100 % Air France, fait exploser les locaux syndicaux à coups de masse par 20 vigiles, pour externaliser ces locaux dans des Algécos sur le parking !

Ne tombons pas dans le piège tendu par les politiciens démagogues, la seule solution à toute crise sociale passe inévitablement par plus de justice sociale !

Victor Hugo ne disait rien d’autre aux « élus de la nation », qui menaient la même politique avec les mêmes réponses que ceux d’aujourd’hui, ... en 1849 !

1 Message

  • moi j’essaye de comprendre pourquoi une large partie de la population cautionne la « réussite individuelle » et vantent les vertus du mérite, qui meme quand ellent sont acceptéees sont trahies a long terme...

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0