Accueil >ACTU >Tracts nationaux

OUI ! NOUS POUVONS IMPOSER LE RETRAIT DU PROJET DE PRIVATISATION

TOUS ET TOUTES EN GREVE LE MARDI 5 NOVEMBRE !

lundi 28 octobre 2002, par Bureau national .


Le gouvernement manœuvre devant l’hostilité que rencontre son projet : le report de six mois à un an de la vente des actions Air France détenues par l’Etat. On pourrait donc se dire « on a gagné » ...

Pas encore !

Le gouvernement était persuadé - comme la Direction - que la privatisation d’Air France passerait comme une lettre à la poste. Or, depuis deux mois se manifeste dans la compagnie un front syndical qui représente la grande majorité des salariés ( CGT  , SUD, CFDT  , FO, SNMSAC, CFTC, ALTER ), plus de dix mille cartes pétitions contre la privatisation ont été signées, et le 3 octobre la grève a été massivement suivie, au grand dam de la Direction qui a tenté l’intox auprès des médias pour faire croire le contraire.
En fait, le gouvernement ne veut pas être obligé à vendre 30% du capital pour une bouchée de pain, avec une action AF autour de 10 €.

Contrairement à ce qu’avait dit F. Mer en septembre, aucun projet de loi n’a encore été déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale, la presse a annoncé qu’un projet de décret de privatisation aurait été communiqué pour avis au Conseil d’Etat … Dans tous les cas il est clair que MM. Mer et Raffarin veulent faire vite et imposer la privatisation contre la volonté des salariés, mais en évitant tout débat et sans avoir à se justifier. Si la privatisation d’AF s’imposait par un décret, le gouvernement éviterait aux députés de rendre des comptes à leurs électeurs, c’est tellement plus confortable ! Enfin, le Ministre de l’Industrie et des Finances n’a toujours pas donné de date pour la demande d’entrevue, acceptée, de l’Intersyndicale Air France.

 L’annonce du report de la vente des parts de l’Etat prouve que nous tenons le bon bout ! Le gouvernement a du mal à réaliser son mauvais coup contre les salariés d’Air France. Ne l’aidons pas !

La Direction d’Air France est, elle aussi, sur la défensive. Elle n’ose toujours pas ouvrir les négociations sur la disparition du statut. Après avoir sorti un Concorde et deux Flash info peu convaincants, après que le Président Spinetta ait lui-même fait le tour des secteurs à la veille du 3 octobre, la Direction ouvre maintenant un numéro Vert pour essayer de convaincre les agents. Essayez le, il faut être motivé pour y croire !

Une compagnie peut rémunérer ses salariés correctement, investir pour l’achat d’avions nouveaux, respecter scrupuleusement les règles de maintenance et de sécurité, tisser des alliances, passer à travers les zones de turbulence … Mais elle ne pourrait le faire tout en étant, chaque année, ponctionnée par des actionnaires avides de dividendes et de profits rapides et consistants.

 Cela, la grande majorité des salariés de la compagnie le savent !

Certains ( ainsi que quelques syndicats …) affirment que « l’ on y peut rien », que le choix de la privatisation est du ressort de « l’actionnaire majoritaire », c’est à dire l’Etat. Mais chacun doit comprendre que les quelques 55 % des parts de l’Etat n’appartiennent pas à un « actionnaire majoritaire », ils appartiennent à la collectivité, il s’agit d’une propriété publique. Ce gouvernement, comme les précédents, entend privatiser à tour de bras, à partir d’un dogme libéral, les entreprises publiques ... construites et consolidées par les investissements publics et le travail de plusieurs générations de salariés, comme Air France.

Le président Spinetta nous à dit lors du CCE du 11 septembre : « Ne vous inquiétez pas, quand AF sera privatisée, même si va mal, l’Etat ne nous laissera pas dans la mouise comme l’a fait le gouvernement américain avec les compagnies US » … Sauf que les milliards de dollars accordées aux compagnies US n’ont pas empêché les dizaines de milliers de suppressions d’emplois. De plus, si AF avait été privatisée au moment de la recapitalisation par le gouvernement en 1994, à hauteur de 20 milliards de F, il est facile d’imaginer les coupes à la hache dans les effectifs exigées en contrepartie !

 Les dernières semaines prouvent que l’on peut bloquer cette décision, ne laissons pas faire le gouvernement … il - faut - mettre - la - pression !

Ce projet ne correspond en rien à un besoin urgent pour la compagnie, notamment pour ses alliances commerciales, contrairement à ce qu’affirme - depuis peu de temps - la Direction. Preuve en est que l’alliance avec Alitalia ne se fait qu’avec un achat symbolique d’actions, et l’alliance avec KLM, si elle se réalise, se fera avant l’échéance prévue par le gouvernement pour la vente des parts de l’Etat.

Comme nous le montrent les tristes exemples de nombreuses compagnies européennes, la privatisation serait synonyme d’investisseurs volatiles, qui ne prendraient des actions dans Air France que pour en retirer un profit immédiat, et prompts à se retirer au premier avis de tempête … avec autant de reconnaissance qu’en ont eu les banques suisses et le baron Seillière avec les salariés de Swissair, de Sabena et d’AOM !

Depuis plusieurs années, Air France a échappé à la crise du transport aérien, notamment grâce à l’effort consenti par ses salariés. 5,9 milliards d’€ ont été investis ces quatre dernières années, dont 85% ont été autofinancés. Autant de sommes dont des actionnaires privés auraient exigé qu’elles servent à rémunérer le capital (dividendes), obligeant la compagnie à recourir à des emprunts supplémentaires.

Cette logique amènerait immanquablement à une fragilisation de la compagnie, à une recherche effrénée de la rémunération du capital au mépris de l’emploi et des conditions de travail, entraînant en cascades filialisations, externalisations et remise en cause d’une qualité de service conforme aux règles de sécurité. Les exemples du réseau ferré britannique, des réseaux de l’énergie en Californie, nous montrent que service public et recherche des profits financiers sont contradictoires.

  Alors, le mardi 5 novembre tous et toutes dans l’action !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0