Accueil >ACTU >Tracts nationaux

Intervention du président Spinetta au CCE de Juillet :
ITE, MISSA EST ! *

* La messe est dite !

mercredi 13 juillet 2005, par Bureau national .


Lors du Comité Central d’Entreprise du 6 juillet, le président Spinetta a gratifié les élus d’une magistrale intervention à leur intention. Les discours du président au CCE sont en passe de devenir un nouveau rituel et s’articule essentiellement autour de deux arguments forts, que l’on peut synthétiser ainsi :

  • La politique économique de l’entreprise est la seule et la meilleure que l’on puisse mener, ceux qui la contestent sont des demeurés ou des idéologues dogmatiques.
  • Les syndicats qui contestent la politique sociale de l’entreprise - la meilleure de tout le transport aérien au monde et dans tout l‘univers - prennent seuls la responsabilité des futurs plans de rigueur, à cause des conflits que les syndicats auront favorisé … et qui plongeront Air France dans l’abîme !
  • Ainsi le président déclare « les syndicats qui ne disent pas aux salariés qu’ils doivent rester compétitifs prennent le risque des catastrophes à venir » !

Bref, le président distribue les bons et mauvais points entre les bons et mauvais syndicats, n’hésitant pas à féliciter à mots à peine couverts la grande Confédération Française Démocratique du Travail qui a sa préférence, joue les Pères Fouettards à l’intention des syndicats qui osent contester sa politique … et quitte la réunion sans que l’on puisse répondre à ses attaques et procès d’intention, la messe est dite : trop facile !

Le président fait d’un argument « massue » ce qui doit justifier d’après lui l’alignement total et sans condition des syndicats sur sa politique, le petit doigt sur la couture du pantalon : il n’ y a pas de licenciements chez Air France !

Or, nous posons toujours la même question au président : pourquoi il y auraient-ils des licenciements dans une entreprise qui produit des résultats bénéficiaires ? De plus :

  • Les effectifs AF ont baissé de 0,8 % sur le dernier exercice 2004.
  • Surtout : dans les 5 ans à venir, plusieurs milliers de départs en retraite sont prévus. La direction a donc une formidable marge de manœuvre pour augmenter la productivité en ne remplaçant pas les départs naturels. De plus, l’économie sur la masse salariale sera conséquente même en cas de remplacement partiel des départs ( salaires des anciens - salaires d’embauche = gains).

L’argument de ne pas licencier vaut donc pour ce qu’il est : du bluff ! Sauf à accepter que la direction licencie tout en faisant des bénéfices, ce qui se généralise dans l’économie libérale, il est logique que l’emploi soit préservé au minimum lorsque les résultats progressent ! Les syndicats qui crient « victoire » pour l’emploi participent donc à ce bluff de la direction !

 Groupe Air France :
des signaux très alarmant pour les salariés !

Il est extrêmement intéressant pour les salariés d’Air France de regarder ce qui se passe à côté, dans les filiales du groupe Air France et notamment au sein de la principale filiale Servair.

En effet, jusqu’à aujourd’hui les salariés des principales filiales d’AF bénéficiaient d’une politique sociale plus ou moins ( plutôt moins ) calquée sur celle d’Air France.

Or, chez la principale filiale d’Air France, Servair ( près de 3500 salariés sur Roissy CDG ), présidée par un ancien haut cadre d’Air Inter ( M. Ennesser ), la direction a mis en place un formidable plan de régression sociale intitulé « Changer pour gagner », dans le but « d’améliorer la compétitivité de 15% » ( voir propos de :

  • Passage de 37 H hebdo à 35 H 49 avec suppression de 6,5 jours RTT et mise en place d’horaires hyper flexibles totalement pourris.

Pire, dans la filiale Orly Air Traiteur ( 700 salariés sur Wissous ), la direction impose le pire plan de rigueur que nous ayons connu :

  • Suppression des 13e et 14e mois pour les nouveaux embauchés
  • Blocage total des salaires et rémunération jusqu’en 2007, y compris les majorations liées à l’ancienneté
  • Dénonciation de l’accord 35 H, suppression de 6,5 jours de RTT et mise en place d’une hyper flexibilité.

Soyons donc extrêmement vigilants sur le fait que cette attaque anti-sociale « au bazooka » contre nos collègues du groupe ne serve de laboratoire social pour AF, dans un proche futur !?

  • L’action paie : Soutenus par SUD Aérien et la CGT  , grâce à la grève nos collègues de Servair ont fait reculer la direction : pas de perte de RTT et augmentation de salaires !

 Grèves à l’escale de Roissy CDG :
les gros sabots de la direction !

Lors du CCE du 6 juillet, une délégation de nos collègues de l’escale en grève ( pour des salaires convenables, des effectifs et des conditions de travail non dégradées ) a été reçue par … le patron du siège, voilà ce que l’on appel un management rationnel ! Mais le must, c’est quand le président Spinneta a annoncé aux élus du CCE qu’une « charte » avait été signée le matin même par tous les syndicats … sauf SUD Aérien et CGT   !

Le problème étant que ni les salariés en grève, ni SUD Aérien ni la section CGT   de l’escale CDG n’ont été contactés par la direction du hub … !!! Alors que ces deux organisations syndicales étaient les seules à soutenir le mouvement, cette exclusion donne le niveau de transparence dans la négociation qu’entend mettre en œuvre la direction.

Sans polémiques excessives, on se pose des questions sur ce qui a pu motiver la signature des autres syndicats en bas d’un document qui ne contient … aucune proposition concrète pour les agents concernés !

  • l’action paie : soutenus par SUD Aérien et la CGT  , nos collègues de l’escale de Roissy ont obtenu ces dernières semaines le passage à temps plein de tous les temps partiels qui le souhaitent, ainsi que 150 embauches pour le Passage … il en manque encore au moins 250 !

 L’action paie !
J’adhère à SUD Aérien !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0