Accueil >ACTU >Tracts nationaux

ALTER - CFDT - CFTC - CGT - FO - FO Cadres - SNMSAC - SUD AERIEN - UGICT/CGT

NON A LA PRIVATISATION

jeudi 24 octobre 2002.


Nos organisations syndicales ont travaillé ensemble à la construction et à la réussite de la journée d’action du 03 octobre 2002 contre le projet de privatisation.

A Paris, comme en province, le nombre de grévistes tout comme le nombre de manifestants a atteint des niveaux sans précédents : plus de 5000 salariés ont manifesté à travers le territoire dont plus de 3000 à Paris derrière la banderole unitaire.

Les motifs avancés par nos dirigeants, qui tentent de justifier la nécessité de privatiser notre compagnie, se heurtent à bien des réalités.

En effet, ne c’est pas le statut d’entreprise publique qui a empêché Air France de se redresser depuis 1993, ni de passer des accords solides avec d’autres compagnies aériennes internationales.

Là encore, ce n’est pas l’actionnariat public qui est un handicap à des partenariats.

Le bilan des privatisations est très sombre en Europe.
Chacun peut constater, à travers les entreprises qui ont été privatisées, les conséquences que ce soit en terme d’échecs économiques, de gâchis humain et de reculs généralisés des services précédemment offerts.

Les études conduites par le B.I.T. (Bureau International du Travail) montrentqu’à court terme, du fait des privatisations, les pertes d’emplois l’emportent largement sur les créations.

Tout le monde connaît les difficultés des compagnies privées Américaines qui volent de plans sociaux en plans sociaux, se réfugient sous la protection de la loi sur les faillites et sollicitent l’aide financière de l’Etat.

Heureusement, d’ailleurs, que nous n’avons pas de participation capitalistique avec Delta Airlines dont l’état de santé financier catastrophique aurait obligé Air France à mettre la main à la poche.

Air France, compagnie publique, grâce à ses salariés sous statut, démontre tous les jours son efficacité.
Le Ministre de l’Economie et des Finances et de l’Industrie, Francis MER, déclarait il y a quelques semaines à la presse une privatisation facile d’Air France. Il se retrouve aujourd’hui confronté à une toute autre réalité, celle de la mobilisation forte de tous les personnels unis pour lutter contre le projet de privatisation.

Aussi et afin d’éviter tout débat démocratique qui pourrait fragiliser la position du gouvernement, Francis MER laisse sous-entendre un passage en force en préparant un décret qui va fixer les contours de la privatisation et les règles qui gèreront les salariés.
Ne laissons pas brader notre entreprise dont la vocation est de répondre aux besoins du transport tant des particuliers que des entreprises dans des conditions d’accès égales pour tous.

De plus, le rôle qui est le sien dansle cadre de la continuité territoriale est indispensable à la survie et au développement des DOM, TOM.

Il s’agit là encore d’une notion essentielle du service public qui nous devons non seulement promouvoir mais développer.

Nous demandons que, lors de cette journée de grève, une délégation soit reçue par le Ministre de l’Economie et des Finances et de l’Industrie.

Nos organisations syndicales vous appellent à un arrêt de travail le mardi 05 novembre 2002.

Les modalités de grève et d’actions seront définies et proposées par nos organisations syndicales localement.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

Du même auteur

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0