Accueil >ACTU >Tracts nationaux

Escales France

CIBLE AVION, CIBLE PASSAGE,
TIR GROUPE CONTRE L’EMPLOI

lundi 15 novembre 2004, par Bureau national .


On ne peut pas parler de la Cible Avion sans parler de la Cible Passage et vice-versa car ces deux projets , parfaitement liés et concoctés par la direction générale, visent des objectifs communs : l’accroissement de la productivité des agents et la réduction des coûts.
Tous les secteurs de l’Exploitation sont touchés : Piste, Trafic, Passage, certains plus que d’autres mais tous vont subir une restructuration profonde de leurs métiers, de leurs responsabilités, de la répartition de leurs tâches et de leurs effectifs. Pour mieux maîtriser les enjeux de la direction et leurs conséquences sociales, il nous semble nécessaire de compléter vos informations en fonction de celles fournies par la direction. Mais elle est loin d’avoir répondu aux nombreuses questions que nous lui avons posées, les documents remis n’abordant pas les « choses qui fâchent ».

 CIBLE AVION

Pour l’instant, 8 escales sont déjà engagées dans le projet : CDG, ORY, MRS, NCE, TLS, LYS, SXB, BOD mais toutes les escales seront touchées à terme, selon des degrés différents en fonction de leur activité (3430 agents concernés). La mise en œuvre sera progressive, effective sur ORY et CDG sur 1 type d’avion à l’été 2005 et fin 2005 pour les autres escales.

Accroissement des tâches et des responsabilités des Assistants de Piste :

  • le RZA assume la responsabilité pleine et entière de la zone dont la préparation et le contrôle réglementaire du chargement. Il participe à ces mêmes opérations, gère l’équipe POLY/ASA , organise et coordonne l’activité sous l’avion. Il gère les modifications apportées à la charge et au centrage, prend les décisions adéquates et transmet les documents au Back-office. C’est lui qui récupère le PDC, signe et remet la NOTOC au PNT  .
  • le POLY : ses tâches restent inchangées. Il signe une fiche de suivi de son activité par vol.
  • L’ASA : en plus de ses tâches actuelles, il réalise les tâches d’assistance aux opérations arrivée/départ selon l’organisation locale des escales : calage, GPU, surveillance des pleins. Il utilise le SRB et signe une fiche du suivi de son activité par vol.

Le nombre d’agents engagé sur Longs et Moyens Courriers est revu à la baisse.

  • Le TSA : il a la responsabilité de plusieurs touchées, c’est le relais de l’AMDE et le référent auprès des RZA, POLY et ASA.

Le métier de Chef Avion en voie de disparition :
Le transfert de nombreuses tâches et responsabilités sur le RZA lamine le métier. Les 985 Coordos concernés par le projet vont se trouver affectés :

  • soit au PC de coordination : chaque agent traite plusieurs vols en simultané pour suivre les intervenants, préparer les touchées, en assurer le suivi et procéder à leur analyse a posteriori.

Il travaille en permanence sur écran et ne vient plus « au contact ».

  • soit au back-office D1/D3 : chargé du traitement centralisé du réglementaire.
    2 back-offices de type international sont prévus : ORY traite les vols retour Europe et CDG les vols retour Monde + 6 back-offices de type local traitant les vols départs uniquement (le COI ?).
    L’AMC D1 établit l’ECP, le PDC et renseigne la NOTOC. L’AMC D3 récupère les données carburant, établit l’ECD et le transmet au PNT   via ACARS .

Les effectifs des Coordos sont prévus être réduits d’au moins 100 personnes.

 CIBLE AVION : UN PROJET « GAGNANT/PERDANT »


Page 4 du document remis aux délégués, la direction ose affirmer que, pour les agents, « la nouvelle organisation du travail créera de la professionnalisation », que « les différents métiers de l’Exploitation vont connaître de nouveaux développements et de nouveaux parcours » et que « chacun trouvera sa place dans ces évolutions ». L’enjeu pour la direction est de réussir le « GAGNANT/GAGNANT ».

GAGNANTE ? LA DIRECTION !

  • accroissement des charges donc de la productivité,
  • amélioration du coefficient de rentabilité par agent,
  • responsabilisation accrue des personnels,
  • réduction des coûts de touchée grâce principalement à la baisse de la masse salariale : réduction des effectifs des assistants (engagements sous avion) et surtout des Coordos.

PERDANTS ? LES AGENTS, L’EMPLOI !

  • chasse aux pauses, aux temps de repos : course à la productivité et dégradation des conditions de travail, horaires modifiés,
  • flicage et responsabilité dorénavant juridique par la signature d’une fiche de suivi d’activités,
  • coup dur pour l’emploi : réduction du nombre d’agents sous avion et réduction drastique des effectifs Coordos déjà bien entamée,
  • baisse de la rémunération des Coordos par la suppression de leur prime d’intempérie,
  • fragilisation et disparition des métiers : sous-traitance ASA ? Suppression du métier de Coordo ?
  • progression de carrière ? Amélioration des filières ? -> Refus de négocier de la direction.

 CIBLE PASSAGE

La différence avec la Cible Avion réside surtout dans les motivations de la direction, cette dernière rajoutant l’impérieuse nécessité de répondre à la satisfaction aux clients. Pour le reste, les objectifs restent à l’identique en matière de bouleversement de l’organisation du travail et des différents métiers et d’accroissement de la productivité.

Mais aussi bien, le document Cible Avion est-il assez précis (hormis le volet social absent) que celui de la Cible Passage ne consiste qu’en quelques pages. Pourtant, ils sont autant fondamentaux l’un que l’autre pour l’avenir des personnels.

Le périmètre de la Cible Passage concerne tous les AEC France mais principalement ceux des escales ayant un fort volume d’activité.
En toute discrétion, le projet a déjà été mis en place au T2E du Hub dès l’ouverture du terminal en juin 2003. Actuellement, deux zones tests sont opérationnelles à ORY, aux terminaux LC   A/C du hub depuis octobre 2004. Pour TLS le processus est également en cours pour quelques vols avec un déploiement total prévu en 2006. NCE prévoit une mise en place complète à la fin de l’hiver et MRS lance également le projet d’ici fin 2004.

Banalisation de l’enregistrement - Enregistrement en batterie

Le concept de segmentation par vol est remplacé par celui de segmentation par type de clients (First, business, Tempo, GP…) ;
L’AEC n’enregistrera plus un vol précis mais tous les vols concernant une catégorie de passagers (Tempo par ex.). La queue des pax   est organisée en Boa (barriérage en forme de serpent) quelle que soit la destination.

Regroupement des tâches sur 1 seul agent

Au nom du « guichet unique », l’agent « banalisé » cumule dorénavant : l’enregistrement, la correspondance mais aussi le traitement des débarqués et l’encaissement des excédents bagages.

Création de l’ARDV

L’agent 1 disparaît au profit de l’ARDV (Agent Responsable de Vol), détaché du contact avec les pax   et positionné en Back-office (en arrière de l’enregistrement). Il gère l’ouverture, la confirmation et la fermeture de plusieurs vols en même temps (procédure identique à la Cible Avion pour les Coordos).

Création d’un agent « Dispach »

Equipé d’un T’ATOU (boîtier émetteur en contact avec le système enregistrement) à l’entrée du Boa, il pointe les pax   dans l’ordre de leur arrivée et remet les étiquettes bagages cabine

Extension du nombre de BLS et prévision de la BLS avec prise de bagages

Début 2005 : 270 BLS. Déjà, 33 escales sont équipées. Les BLS bagages seront mises en service à l’été 2005 dans certaines escales domestiques mais sont déjà opérationnelles dans certaines escales européennes. Le pax   s’enregistre seul et dépose ses bagages à un comptoir dédié.

 CIBLE PASSAGE
PAS DE PROJET « GAGNANT/GAGNANT » non plus !

A contrario du document Cible Avion qui aborde (mensongèrement) certains avantages sociaux pour les agents concernés, le document Cible Passage ne fait aucune référence à de quelconques avancées pour les AEC. Rien sur une éventuelle amélioration de la progression de carrière, rien sur l’évolution de la filière, pas un chiffre non plus quant aux futurs effectifs.
Et pour causes !

Un travail plus démotivant

En effet, la succession de tâches identiques et répétitives risque d’être plus démotivante que la prise en charge d’un vol de A à Z.

Frein à la progression dans la filière AEC

La création du poste d’ARDV entraîne la suppression de l’agent 1 donc la progression vers la A9 à l’issue de 4 ans.

Cette progression de filière sera également freinée par un nombre d’ARDV réduit par rapport à ceux des actuels agents 1.

Combien d’AEC vont-ils plafonner en A7 ?

L’ARDV, quant à lui, ne bénéficie d’aucune progression spécifique malgré ses nouvelles compétences en back-office.

Fort accroissement de la productivité

C’est au travers du cumul des tâches Enregistrement / Correspondance/ Traitement débarqués / Encaissement des excédents bagages, toutes effectuées par le même agent, que la direction compte faire le maximum de gains de productivité.

Comme un fait exprès, les plages horaires de fortes activités Enregistrement et Correspondance se suivent : de quoi éviter que l’agent, scotché en permanence à sa banque, ait trop le temps de souffler.

A l’identique, le dispach aujourd’hui n’est maintenu debout à l’entrée du Boa que 2 heures.
Mais, rien n’étant écrit, qui nous assure que demain, ce ne sera pas 3 ou 4 heures ?

Réduction des effectifs

La nécessité de réduire les coûts est sans cesse réaffirmée par la direction. Celle-ci sera vite acquise puisque le besoin en effectifs sera moins grand du fait du cumul et de la nouvelle répartition des tâches.

C’est également sans parler de l’impact des BLS et du billet électronique sur l’emploi, d’autant plus pernicieux qu’il est transparent pour les agents. Connaîtrons-nous demain des banques et des comptoirs vidés de leurs salarié(e)s, quelques agents suffisant à assurer la « relation clientèle » et le bon fonctionnement des outils informatiques ? L’informatisation au service de l’Homme ou des gains de productivité ?

En conclusion, SUD Aérien estime dangereux les projets Cible Avion et Cible Passage : dangereux pour l’emploi dans les escales France, dangereux pour l’avenir des métiers.
Pour quels avantages, pour quelles garanties si ce n’est de travailler plus, pour le même salaire voire pour une progression de carrière compromise ?

SUD Aérien, avec les agents, mettra tout en œuvre pour assurer :

  • le maintien des effectifs dans toutes les escales et la création d’embauches correspondant aux éventuelles évolutions des activités,
  • l’ouverture de négociations sur les conditions de travail et la revalorisation des filières compte-tenu des nouvelles compétences et responsabilités exigées.

P.-S.

Vous trouverez les textes des 2 projets de la direction sur notre site mais également en nous en faisant la demande par mail ou téléphone .

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0