Accueil >Dossiers >RETRAITES

Communiqué de presse de Solidaires - G10

Revenir aux 37,5 annuités pour toutes et tous .

mardi 21 mars 2000, par SOLIDAIRES .


Retraites : il faut en revenir aux 37,5 annuités pour tous et toutes !

Lionel Jospin a annoncé aujourd’hui les orientations gouvernementales en matière de retraites.

Le Premier Ministre affirme haut et fort la nécessité de préserver
le système par répartition auquel une majorité de Français est attachée.
Mais garantir réellement le système de retraite par répartition suppose de
revenir à une autre répartition de la richesse produite entre capital et
travail. Ce n’est pas le choix fait par Lionel Jospin.
Il est urgent de baisser la part des revenus financiers au profit des
salaires, ce qui inclut une augmentation de la part des cotisations
patronales pour répondre à l’augmentation du ratio inactifs/actifs. Mais
rappelons que ce ratio sera seulement multiplié par 1,25 d’ici 2040, alors
que la richesse va continuer à croître : le PIB (produit intérieur brut) en
France devrait doubler d’ici 2040. C’est bien de ce côté là qu’existent les
solutions pour garantir et consolider le système par répartition.

 Rétablir l’équité ?

Pour rétablir l’équité, Lionel Jospin fixe comme objectif de passer
les fonctionnaires à 40 annuités ; cela dans la concertation et avec
l’indication d’une contrepartie concernant une possible intégration
partielle des primes dans le calcul des retraites. Ne nous y
trompons pas : au nom de l’équité, il s’agira d’entériner un nouveau recul
social !

Les mesures Balladur de 93 et les accords ARRCO/AGIRC de 96 feront
baisser le montant des retraites du régime général. Les deux tiers des
salariés du régime général ne sont plus en activité au moment de la
liquidation de leurs droits à retraite : cela signifie que de moins en
moins de salariés pourront toucher une retraite à taux plein , d’autant que
l’âge d’entrée sur le marché du travail est de plus en plus tardive.
L’allongement à 40 annuités dans les faits a pour objectif de limiter de
plus en plus le nombre de personnes qui pourront bénéficier d’une retraite
à taux plein. C’est aussi le choix fait de préférer allonger le temps de
travail plutôt que d’embaucher des jeunes.

Pour l’Union syndicale-G10 Solidaires  , la seule mesure d’équité
consisterait à revenir aux 37,5 annuités pour tous, privé comme public.
C’est cela qui constituerait une vraie réforme de justice sociale et une
grande ambition politique. De même, il faut revenir à une parité de niveau
de vie entre actifs et retraités : pour cela, l’indexation des retraites
doit se faire sur les salaires et non plus sur les prix. Il faut répondre
aux situations de pauvreté qui existent encore parmi les retraités, en
particulier pour les femmes : aucune pension ne devrait être inférieure au
SMIC.

Prendre à partie les régimes spéciaux du secteur public, c’est se
tromper de priorité ! C’est une fois de plus chercher à diviser les
salariés et rendre responsables les personnels des services publics des
reculs sociaux imposés aux salariés du secteur privé. C’est vers le haut
qu’il faut tirer le progrès social et non l’inverse !

 Le fonds de réserve : une garantie ?

L’abondement du fonds de réserve est présenté comme le meilleur
moyen de garantir le système par répartition. Sous une apparence de « bon
sens », cette question est plus perverse qu’il n’y parait. Le fonds de
réserve actuellement marginal (moins de 20 milliards) serait abondé pour
arriver à 1000 milliards en 2020.. Ce fonds de réserve serait alors une
pièce importante du financement des retraites. Cela signifie que les
revenus générés par ce fonds de réserve se substitueront en partie aux
cotisations nécessaires à ce moment là. C’est bien un début de
capitalisation qui n’ose pas dire son nom. De plus, il n’y a aucune
garantie que cette masse financière, placée sur les marchés financiers et
contribuant à l’alimentation de la spéculation financière, rapportera dans
20 ans des revenus permettant de répondre aux besoins de financement qui
existeront à ce moment là.

De plus, Lionel Jospin a évoqué la possibilité de fonds d’épargne
salariale à long terme en vue de la retraite, ce qui est la fonction même
des fond de pension. Encore une manière déguisée d’ouvrir la porte à des
fonds de pension sans l’assumer politiquement.

Le Premier Ministre a fait référence au mouvement social de
décembre 95 en laissant entendre que les personnels s’étaient mobilisés par
manque de concertation ! Il oublie que c’est bien le fond des réformes, et
notamment l’attaque contre les régimes spéciaux de retraite, qui avait
déclenché cet immense mouvement social.

Pour l’Union syndicale-G10 Solidaires  , les orientations arrêtées
par Lionel Jospin ne constituent pas une défense offensive de la retraite
par répartition et sont porteuses de régression sociale. Ces orientations
doivent donc appeller une riposte et des mobilisations des organisations
syndicales et des salariés.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

RETRAITES
Pas d'autres articles dans la rubrique RETRAITES

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0