Accueil >Qui sommes nous ? >Administrateur salarié SUD Aérien

Elections au Conseil d’administration Air France - 22 juillet 2004

VERS L’EGALITE SOCIALE, POUR AGIR ET GAGNER ENSEMBLE :

LES 10 PROPOSITIONS DE SUD AERIEN

jeudi 1er juillet 2004, par Bureau national .


Le Groupe Air France, c’est 70.000 salariés : 60.000 à Air France et 10.000 dans les filiales

Nous travaillons toutes et tous pour le transport aérien et le plus souvent, directement sur les plates-formes aéroportuaires . C’est pourquoi SUD Aérien réunit, dans le même syndicat, tout autant les salariés d’Air France que ceux des entreprises filiales ou sous-traitantes. SUD Aérien est notamment le 1er syndicat à l’ACNA, OAT et Acsair, 2e syndicat à Servair 1.

Pour vous représenter , les huit candidat(e)s SUD Aérien :

 Pourquoi ces élections ?

Ce renouvellement du Conseil d’administration est la conséquence de la fusion Air France/KLM, qui fait passer les parts de l’Etat dans le capital AF en-dessous des 50% et entraîne automatiquement la privatisation de la compagnie.
Dès lors, Air France sort du secteur public ! Ces nouvelles élections vont donc se dérouler selon de nouvelles règles. Auparavant, le CA comprenait 21 membres :

  • 6 représentants de l’Etat,
  • 5 personnalités nommées par le gouvernement,
  • 2 représentants des actionnaires,
  • 2 représentants des actionnaires salariés,
  • 6 représentants élus par les salariés : 1 PNT  , 1 PNC  , 4 pour le personnel au sol.

Le prochain Conseil d’administration comprendra toujours 21 membres, mais la répartition en sera différente :

  • 13 administrateurs nommés directement par les actionnaires,
  • 6 administrateurs élus par les salariés : 1 PNT  , 1 PNC  , 1 cadre, 3 élus pour les autres personnels au sol,
  • 2 administrateurs élus par les actionnaires salariés.

En pratique, l’Etat n’aura plus aucun pouvoir dans le groupe, ce pouvoir appartiendra totalement aux gros actionnaires privés.

 Quel pouvoir aura ce CA ?

En fait, le groupe Air France, tout comme KLM, ne sera plus qu’une filiale du groupe financier Air France/KLM, qui sera aux mains des actionnaires principaux (banques, assurances, fonds de pension), réels propriétaires de la grande majorité des actions.

Dans le CA de la holding, il n’y aura plus d’élus des salariés, seuls les actionnaires seront représentés. Les gros actionnaires de la holding décideront donc des orientations du groupe Air France.

L’Etat français, dont les parts descendront rapidement à 20% dans le capital de la holding, ne sera plus qu’un actionnaire parmi d’autres. Souvenons-nous de l’ancien Premier ministre Jospin, expliquant, il y a quelques années, que l’Etat ne pouvait pas s’opposer au plan de licenciements chez Renault, puisque l’Etat ne détenait plus qu’une part d’actions minoritaire...

Le CA du groupe Air France sera donc une chambre d’enregistrement, mais il est important que les salariés y soient représentés par des administrateurs clairvoyants - qui ne se prennent pas pour des cogestionnaires - à même d’informer rapidement les salariés des choix financiers et économiques des gros actionnaires.

 UN TOURNANT DANS LA VIE DU GROUPE ...
ET DE SES SALARIE(E)S

La fusion Air France/KLM et la privatisation d’Air France vont avoir des conséquences importantes pour tous les salariés du Groupe.

SUD Aérien s’est battu depuis deux ans contre la privatisation d’Air France. Pour nous, l’ensemble des activités du transport aérien (exploitation, assistance, maintenance, commercial, informatique,...) devrait être géré dans le cadre d’un service public.

Air France passe aux mains d’actionnaires privés, c’est nous tous qui allons en pâtir.

Déjà nous sommes confrontés, plus particulièrement dans les filiales, à des compressions d’effectifs, à une politique de bas salaires, à la difficulté d’obtenir des avantages sociaux, alors que c’est l’Etat qui était jusque là actionnaire majoritaire.

Cette orientation va s’accentuer...

Le Président Spinetta affirme dans le journal Concorde n° 52, que « le statut et l’actionnariat public ne protègent contre rien ». Il est vrai que les règles du privé s’appliquaient déjà dans le Groupe. Mais les nouveaux actionnaires vont exiger dans les mois qui viennent la garantie de profits juteux pour leurs actions. Et là, l’expérience de tous les groupes de transport aérien privés (Swissair, British Airways,...) sont là pour rappeler que ce sont les salariés qui payent les frais de la noce !

Le même président Spinetta reconnaît, dans une interview au journal Le Monde (18 mai 2004), que « ...le secteur aérien perd de l’argent depuis toujours. ». Et dans une autre interview aux Dossiers Européens d’avril dernier, il déclare que l’éparpillement dans le secteur amène à « une rentabilité trop faible des différents acteurs et ne permet pas aux compagnies aériennes de créer suffisamment de valeur pour les actionnaires. ». En clair, cela signifie qu’avec le nouveau groupe financier Air France/KLM, il compte bien rémunérer grassement les banques, assurances et fonds de pension actionnaires. Cela ne pourra se faire qu’en bloquant nos salaires, en réduisant nos effectifs et en cherchant en permanence le moindre coût...
L’argument le plus souvent avancé pour justifier cet appel aux actionnaires est le besoin de financements « Air France doit investir 1,7 milliard par an » d’après le PDG. Mais en même temps, il reconnaît que « Air France va investir 5 milliards dans les trois ans qui viennent avec notre cash » (Les Echos du 17 mai). Ce cash, c’est bien l’argent dégagé par notre travail et non un apport nouveau des actionnaires...Tout au contraire, comme dans toutes les entreprises, les actionnaires - sans mettre eux-mêmes d’argent dans le Groupe - vont demander chaque année des revenus financiers importants. C’est ce qui conduit chaque année des milliers d’entreprises à la faillite, jetées par leurs actionnaires après avoir été pressées comme des citrons.

Haut de la page

 NI DUPES ... NI SOUMIS(ES)

Aussi, SUD Aérien ne partage-t-il pas l’enthousiasme que voudrait nous insuffler la Direction.

Devenir le premier groupe européen, un des premiers mondiaux ne garantit ni l’emploi ni de bonnes conditions pour les salariés. Les salariés de KLM subissent déjà un plan de 3500 suppressions d’emplois. Ceux d’Alitalia subissent un sort identique.

Le plan de vol du Groupe prévoit un plan d’économies annuel de 390 à 450 millions d’euros dans les cinq ans qui viennent...A Air France comme dans les filiales, nous avons bien à craindre des plans de suppressions d’effectifs, de sous-traitance en cascade pour faire effectuer le travail à moindre coût...

Nous aurons vraiment besoin dans les mois qui viennent d’une solide solidarité entre tous les salariés du Groupe, d’un examen vigilant des comptes et des projets du Groupe. Gardons en mémoire le drame des salariés d’Enron, de Swissair et de nombreuses autres entreprises découvrant du jour au lendemain la mise en faillite de leur entreprise. Nous n’en sommes heureusement pas là. Mais le paysage du transport aérien doit nous amener à la plus grande vigilance.

C’est cette vigilance à laquelle s’engage SUD Aérien et l’ensemble de ses élus dans les instances représentatives du Groupe.

 VERS L’EGALITE SOCIALE, POUR AGIR ET GAGNER ENSEMBLE :
LES 10 PROPOSITIONS DE SUD AERIEN

  1. Créer un statut unique des salariés du transport aérien regroupant les personnels d’Air France, des filiales et sous-filiales. Ce statut devrait permettre l’harmonisation des politiques sociales afin de mettre un terme aux discriminations sociales. A travail égal, salaire égal et filières communes à tous.
  2. Arrêt de l’externalisation des activités et réintégration au sein du Groupe Air France des activités sous-traitées ainsi que des personnels correspondants.
  3. Engagement d’Air France à ne procéder à aucune suppression d’emplois et à aucun licenciement économique.
  4. Transposition immédiate et intégrale des clauses du statut AF en accords d’entreprise sans aucune perte d’acquis individuels ou collectifs. Négociation pour l’amélioration de ces accords.
  5. Pour que les bénéfices, fruits du travail des salariés, soient redistribués sous forme d’emplois, d’augmentations de salaire et d’amélioration des conditions de travail.
  6. Construire une réelle solidarité entre tous les salariés du Groupe Air France et nos collègues de KLM. Créer un Comité de Groupe européen au niveau de la holding intégrant des représentants élus par les salariés des Groupes AF et KLM.
  7. Exercer un contrôle clair sur l’ensemble des comptes du Groupe pour ne pas vivre les douloureuses expériences des salariés d’Enron et de Swissair.
  8. Empêcher les actionnaires de privilégier leurs profits immédiats au détriment du développement des entreprises du Groupe Air France.
  9. Agir contre la concurrence entre les moyens de transport, pour le développement de la complémentarité de ces modes entre l’air, le fer, la route et le fluvial.
  10. Ouvrir des négociations pour l’extension, à l’ensemble des personnels du Groupe, des accords Mutuelle, Invalidité, GP...

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Administrateur salarié SUD Aérien
Pas d'autres articles dans la rubrique Administrateur salarié SUD Aérien

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0