Accueil >ACTU >Union syndicale SOLIDAIRES

8 mars 2004 : journée internationale des femmes en lutte

Contre toutes les violences faites aux femmes,
Manifestons le 6 mars

vendredi 27 février 2004, par SOLIDAIRES .


MANIFESTATION
Samedi 6 mars 14 heures

à Paris, Toulouse et de nombreuses autres villes.

Pour défendre les droits des femmes
Pour l’égalité des droits
Contre les régressions sociales

Parce que les attaques tous azimuts que nous subissons contre nos droits pèsent de plus en plus lourdement sur nos vie dans tous ces aspects (travail, famille, vie privée...), parce que, dans ce contexte, les femmes paient le plus lourd tribu à ces régressions, nous vous appelons toutes et tous à manifester dans la rue le 6 mars prochain.

Il y a urgence à manifester, face à la politique de régression sociale du gouvernement qui fait des coupes claires dans l’indemnisation du chômage, fragilise de nouvelles catégories de populations comme les intermittent-es du spectacle, et crée le RMA, un emploi forcé contre un salaire de misère. Il y a urgence à manifester contre le temps partiel imposé qui fournit les gros bataillons des salarié-es pauvres.

Il y a urgence à manifester face au projet de démantèlement de la Sécurité sociale et à la volonté de casse du Code du travail, ce qui poursuit la politique de précarisation généralisée. Il y a urgence à manifester pour conquérir des droits nouveaux tel que l’individualisation des droits sociaux. Il y a urgence, car il est prouvé que les femmes sont toujours aux premières loges pour prendre les mauvais coups.

Il y a urgence à manifester, face à la confusion actuelle où, pour lutter contre les humiliations et les discriminations bien réelles que subissent les jeunes issus de l’immigration, et plus particulièrement les filles, certaines veulent faire du voile un symbole de révolte. Pour nous, le voile ne peut être un outil d’émancipation . Il a été utilisé dans toutes les religions monothéistes pour stigmatiser le
corps des femmes et assimiler le désir sexuel et la sexualité à quelque
chose de honteux.

Il y a urgence à manifester, car nous avons toujours combattu pour le
droit de vivre librement notre sexualité, pour le droit de choisir d’être lesbienne ou hétéro, pour le droit de choisir nos maternités. Hier, l’avortement était attaqué par le biais de l’amendement Garraud. Actuellement, les intégristes chrétiens se sentent ragaillardis et viennent manifester et chanter des cantiques devant les locaux du Planning Familial. Il y a urgence à manifester contre l’ingérence des religions dans les décisions de la vie publique et pour défendre la laïcité.

Il y a urgence à manifester, car l’Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France a malheureusement confirmé ce que les associations féministes disent depuis près de deux décennies : les violences continuent de toucher nombre de filles et de femmes, de la plus jeune à la plus âgée, dans toutes les couches sociales, dans tous les lieux, et notamment au domicile, dans les quartiers les plus huppés comme dans les cités de banlieues.

Il y a urgence à manifester car certain-es vont même jusqu’à nier la réalité de ces violences et valorisent la publicité sexiste et la
pornographie en tant que cours d’éducation sexuelle pour les jeunes.

Il y a urgence à manifester, quand l’égalité des droits entre Français-es et immigré-es n’est pas réalisée, quand les femmes immigrées ne
bénéficient toujours pas d’un statut d’autonomie et que certaines d’entre elles doivent subir l’application des codes de statut personnel de leur pays d’origine, situation permise par les accords bilatéraux. Il y a urgence à manifester car, avec la montée de l’extrême-droite, progresse une idéologie raciste et d’exclusion.

Il y a urgence à manifester, quand la loi du marché devient la loi suprême, qu’au nom de la libre concurrence et de la construction de l’Europe libérale, l’État cherche à casser tous les services publics et à ravaler des services telles que l’éducation et la santé au rang de marchandises. Dans ce modèle de société-là, il est légitime que tout s’achète et que tout se vende, en particulier le corps des femmes et des enfants.

Il y a enfin urgence à manifester, quand les guerres laminent les
sociétés, appauvrissant et contraignant à l’exil des pans entiers de populations et que, dans ce contexte, des femmes seront vendues, violées et prostituées.

Samedi 6 mars manifestation unitaire

  • Paris : 14 h Place de la République
  • Toulouse : 14 h place du capitole ,16 h débat à la bourse du travail

P.-S.

Avortement en Pologne
« Sous la pression de l’église catholique, nous avons perdu il y a dix
ans le droit à l’IVG, légal depuis 40 ans en Pologne. Cela montre à
quel point il est facile de perdre des droits, et difficile de les regagner.
Alors que 60 % de la population est favorable à la légalisation de
l’avortement, les politiciens ignorent cette demande. Nous avons
besoin de la mobilisation de toutes les européennes pour sécuriser le droit à l’IVG partout en Europe, à l’Ouest comme à l’Est » .

Violences conjugales en Lettonie...
Pour exiger une loi pour protéger les lettones victimes de violences conjugales ainsi que l’ouverture d’un centre d’hébergement à Riga (un million d’habitants), les femmes ont organisé un rassemblement avec des casques de hockey sur la tête symbolisant la nécessité de se protéger.

. . . et en Espagne
La violence conjugale y fait plus de victimes que l’ETA. Plus de 70 espagnoles ont été tuées. Chaque année, 30 000 femmes portent plainte pour maltraitance. A Madrid, 160 femmes ont manifesté vêtues d’une robe de mariée pour alerter contre l’ampleur de ces violences. Une nouvelle loi a été adoptée qui améliore la p rotection des victimes :
elles seront prises en c h a rge ; l’agresseur sera éloigné ou placé en détention ; une allocation de 300 euros mensuels pendant dix
mois sera octroyée aux femmes dépendantes financièrement de leurs conjoints .

Portugal
La législation portugaise interdit toujours l’avortement sauf en cas de viol, de malformation ou de danger pour la mère. 120000 signatures viennent d’être récoltées pour demander un référendum sur la question, alors que 63% des habitants se disent maintenant favorables à un assouplissement. Un récent procès contre 7 femmes ayant avorté ou aidé à avorter c’est terminé par une relaxe générale. Un grand succès militant.

Sur le Web

  • SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

    Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0