Accueil >ACTU >Tracts nationaux

SALAIRES : AIR FRANCE veut « mobiliser » les cadres en créant des castes salariales !

jeudi 29 janvier 2004, par Bureau national .


La privatisation d’Air France justifie t-elle que la direction tende un « hochet » salarial à son encadrement ? Donnant suite à la demande d’une seule organisation syndicale corporatiste, la Direction entend modifier le Règlement du Personnel au Sol ( RPS ) par un accord, pour individualiser les salaires des cadres ... et rendre ces derniers plus « performants » avant la mise en œuvre de la privatisation.

 Disparition de la valeur unique du point de référence pour les salaires

L’article 1.3.1 du RPS est ainsi libellé :
« La valeur du point de référence AF est déterminée par la Direction du Personnel. Elle est revalorisée par décisions générales. »

La valeur du point de chaque salarié, cadre ou non cadre, était jusqu’alors identique sauf pour les Cadres du Groupe 3 (C7, C8, C9) qui sont payés « au forfait ».

La direction et le bureau de la CGC proposent cette modification :
« Une valeur spécifique du point peut être fixée pour certains niveaux de cadres ».

Cette modification permettrait à AF d’étendre l’individualisation des salaires aux cadres du « Groupe 2 » ( C4, C5, C6 ), en commençant par les C6.

 Projet Direction : sur-prime de + 2 % sur le salaire annuel des C6

Cette modification de la valeur du point se traduirait pratiquement comme suit :

A Air France une augmentation générale des salaires, par exemple 0.8%, se traduit par une augmentation de 0.8% de la valeur du point. Pour les cadres C6, la valeur de leurs points n’augmenterait, dans cet exemple, que de 0.6% ( c’est à dire ¾ ) . Les 0.2% ( ¼ ) restant seraient globalement mis dans une enveloppe allouée pour les avancements des C6. Cela permettrait de mieux « individualiser » les salaires. Et cette mesure sur les augmentations générales s’accompagnerait de la possibilité de toucher une sur-prime pouvant égaler 2 % du salaire annuel ( on ne sait pas encore sur quels critères). Pour les C6, la Direction serait prête à mettre la main à la poche : rien n’est trop cher lorsqu’il s’agit de « motiver » les cadres !

 La promotion en filière Cadre rabaissée de C2 en C1

Le second point que veut modifier la Direction est la réactivation de la plage C1, qui avait été abandonnée depuis près de dix ans.

En fait, le but est évident : il s’agit de faire glisser certaines plages de C2 en C1, générant ainsi de substantielles économies pour la direction.

 Ce qu’en dit SUD Aérien

Les modes de rémunération à géométrie variable des cadres deviennent une usine à gaz, ce qui est finalement bien commode pour la Direction pour opacifier sa politique des salaires ( vous avez dit « transparence » ? )
La disparition de la valeur unique du point de référence pour les cadres C4, C5, C6 et l’aggravation des inégalités salariales ne sont pas acceptables pour SUD Aérien. Nous nous y opposons fermement, tant sur le fond que sur la forme.

Cette individualisation forcenée des rémunérations risque ensuite de s’étendre à toutes les catégories de salariés. En clair : les augmentations générales sont déjà réduites à une « peau de chagrin » et les changements de plages dans les filières A et B ne rapportent que quelques points, ainsi que les « avancements » ... l’économie ainsi réalisée sur la masse salariale globale sera utilisée pour accélérer une petite minorité des « plus méritants » ... sur quels critères ? On fait le pari que tout le monde connaît la réponse !

Cette individualisation risque de se traduire par une nouvelle « course à la carotte » entre cadres ... et dont leurs subordonnés en feront les frais puisqu’il est facile d’imaginer - sauf pour les naïfs congénitaux et les nouveaux embauchés qui sortent de l’école - que tout sera bon pour se « faire mousser », pour les cadres concernés.

Une partie des recettes de l’entreprise, fruit du travail de l’ensemble des salariés, serait ainsi versée en prime supplémentaire à quelques centaines de cadres C6 ( pour l’instant ) ... qui bénéficient déjà d’une rémunération « honorable » ! C’est le résultat d’une idéologie nauséabonde qui consiste à affirmer que seule la « compétition de tous contre tous » permet la « performance » de l’entreprise : lamentable connerie défendue depuis des années par des technocrates qui se veulent grands stratèges de l’entreprise !

En 2003, les PNT   ont obtenu une augmentation moyenne de leurs rémunérations ( autre usine à gaz ! ) de l’ordre de + 7,5 %, aujourd’hui les C6 sont potentiellement bénéficiaires d’une sur-prime annuelle pouvant égaler 1200 € ( ref. bilan social 2003 ), soit presqu’une seconde PUA !!

 SUD Aérien propose à l’ensemble des agents et aux syndicats ...

  • De maintenir la même valeur du point pour tous les agents,
  • D’augmenter immédiatement de 2 % la valeur du point pour tous les agents du Personnel au sol,
  • D’envisager, tous ensemble, une action pour obtenir une réelle négociation pour le rattrapage de la perte du pouvoir d’achat, lors de la première réunion avec la Direction sur les salaires le 11 février,
  • D’augmenter progressivement les salaires de façon uniforme en même nombre de points, seule manière d’augmenter plus vite les bas salaires et de réduire les inégalités salariales. Aujourd’hui, la PUA est la seule rémunération uniforme garantie ( l’intéressement est non garanti, et en partie hiérarchisé ).

 C’est donc possible :
il est temps d’imposer une autre logique de la répartition des fruits du travail de tous et de toutes, privilégiant les jeunes embauchés et les bas salaires !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0